A Schœlcher un pêcheur capture des tortues marines, une espèce protégée

Vues : 50

tortue-marine-espece-protege

Le mercredi 26 juin 2013 au matin la Direction de la Mer a reçu un témoignage d’une pêche à l’aide d’un filet trémail de deux tortues marines à Schœlcher face à l’Hôtel Batelière. Immédiatement une vedette des affaires maritimes, l’Hibiscus, s’est rendue sur place du lieu de l’infraction et le navire de pêche professionnel a pu être contrôlé avant le débarquement de ses captures à la Pointe Simon. L’une des deux a été relevée morte dans le filet. L’autre, vivante, a été libérée par le patron pêcheur. Le patron, qui a ramené la tortue morte, de 80 kg environ, a été verbalisé pour pêche maritime d’une espèce dont la capture est interdite. Elle a été détruite à la déchèterie du Lamentin.

Le lundi 24 juin dernier, un filet trémail de 500 mètres a été saisi et détruit par l’unité Littorale des Affaires Maritimes. En effet ce type de filet, très destructeur pour les tortues marines, avait été calé dans le cantonnement de l’Ilet Ramier, zone interdite à tout type de pêche. Une quinzaine de lambis sous taille avaient pu être remis dans leur milieu naturel. Le propriétaire du filet n’a pu être identifié.

Il est rappelé que la pêche des tortues est strictement interdite et que la prise, même accidentelle, des tortues marines dans les filets de pêches, doit être immédiatement signalée auprès du Réseau Tortues Marines (Tel : 0696 23 42 35). Cet appel doit également être doublé d’un appel au CROSS Antilles-Guyane (Tel : 0596 709292) à titre d’information.

Il est rappelé que toutes les tortues marines sont des espèces protégées et que leur pêche est une infraction au Code de l’environnement ainsi qu’au au Code rural et des pêches maritimes.

Cette infraction constitue un délit pénal susceptible d’une amende maximum de 22 500 euros indépendamment des sanctions administratives qui peuvent également être prise par le Directeur de la Mer.