Adama : L’autopsie n’a pas révèlé pas la « cause immédiate de la mort »

Vues : 653

Dans l’affaire du jeune Adama mort durant son interpellation à Beaumont-sur Oise, d’autres informations sont révélées aujourd’hui.

C’est l’avocat de la famille qui s’exprime dans les médias français. Selon maître Frédéric Zajac, le jeune homme de 24 ans  souffrait « d’une infection » mais pas suffisante pour expliquer sa mort  dans les locaux de la gendarmerie.  L’avocat ajoute que le rapport note que : « Le médecin conclut à une absence de cause immédiate et ne peut pas se prononcer immédiatement ».

Le rapport préliminaire signifié par Yves Jannier, le Procureur de Pontoise indiquait juste qu’Adama « souffrait d’une infection grave ». Selon l’avocat de la famille, ce rapport ne mentionnait pas « de traces de violence significative ».

Le légiste qui a pratiqué l’autopsie n’est pas sûr des raisons immédiates du décès, il demande aujourd’hui des analyses plus poussées en laboratoire, il s’agit d’analyses bactériologiques et toxiques. Ce qui lui permettrait de connaître peut-être les raisons du décès.

Avec tous ces éléments, maître Frédéric Zajac (avocat de la famille), a demandé une contre-expertise. Si elle est autorisée, ce nouvel examen du corps aura lieu dans la semaine, l’autopsie sera faite cette fois avec trois experts.

Deux enquêtes sont également menées parallèlement par la section de recherche et l’inspection générale de la gendarmerie.

La mort d’Adama avait provoqué de nombreux incidents entre les forces de l’ordre et les riverains.

1500 policiers, face à 5000 personnes aux cris de « Justice pour Adama », s’opposaient à Beaumont sur Oise la semaine dernière. Vendredi 23 juillet une longue marche blanche a mobilisé tous les sympathisants à la cause de la victime.
Les amis du jeune homme comme sa famille refusent la thèse des gendarmes, qui avance que la mort serait liée à un malaise cardiaque. Selon eux, il y a eu une bavure des gendarmes durant l’interpellation du jeune Adama, mort dans le quartier de Boyenval, mardi 19 juillet à Beaumont-sur-Oise.

Dorothée Audibert-Champenois   Photo SOuest