Affaire Hervé Pinto : La Poste déclare avoir signé sous la contrainte

Vues : 2116

Après 34 jours de grève de la faim devant le siège de la Poste à Fort-de-France, Hervé Pinto a pu obtenir gain de cause et toutes ses requêtes ont été acceptées. Ce dernier tenait absolument à réintégrer son poste au centre de tri.

Le 17 juillet, un protocole d’accord a été signé. C’est victorieux, entouré de ses nombreux soutiens, dont l’association Assaupamar et le syndicat CSTM, qu’Hervé Pinto a cessé sa grève de la faim et quitté les lieux qu’il occupait pendant plus d’un mois.

Mais la Direction de la poste indique dans un communiqué qu’elle a signé la sortie du conflit sous la contrainte, après « des actes d’une rare violence » à l’encontre de son personnel.

Suite à cela, l’Assaupamar a réagi sur les réseaux sociaux :

Le triangle de karpman (persécuteur, victime, sauveur) est dans son expression la plus exagérée par ce communiqué.

En effet, la persécution à l’égard de Mr PINTO, le poussant à mettre sa vie , sa personne en jeu, est une violence inouïe.
Les brimades faites à l’intérieur, l’expulsion illégale faite sans aucune décision légale, est une violence , une violation.

Le fait de proposer une soi disant nouvelle médiation le 20 juillet fut un mépris , et un profond déni d’humanité. Une violence à la santé humaine alors que plus de 30 jours de grève de la faim étaient entamés ! !!

Nous espérons que les dirigeants de la poste de Martinique songeront au mot « citoyen » de leur slogan bancaire.
Nous disons que le PNR (le produit net relationnel ) , doit primer sur le PNB(le produit net bancaire ), considérant ses employés comme des identifiants, et leurs client (dont beaucoup des militants présents ce jour), comme de simple numéro de compte.

Que l’humanité sorte grandit des postures bradant l’Etre pour l’avoir.Le paraître, l’autoritarisme ,désuet, source de mal être ,de peurs, des personnels postiers , doit s’arrêter

Nous incitons à une autre vision du management tenant compte de l’écologie de l’individu.

L’ASSAUPAMAR

Julie V / Photo et vidéo Assaupamar