Afrique du Sud : Le martiniquais Yorhann Alexander, un assistant comblé à la Fashion week de Capetown

Vues : 908

Yorhann Emmanuel Alexander ou encore Monsieur Alexander est un styliste martiniquais, comblé ! Ici, à Capetown, « le défilé a fait un carton ! Les gens ont adoré ! » Le jeune styliste est en Afrique du Sud en compagnie d’une autre martiniquaise, ils étaient à l’AFI, l’African Fashion International. Depuis 11 ans l’AFI, fondé par Precious Moloi-Motsepe, l’épouse du magnat Patrice Motsepe, la première fortune noire sud-africaine, invite tous les créateurs de tous horizons, un tremplin incontournable pour l’industrie de la mode sud-africaine.

Monsieur Alexander nous raconte le 1er défilé de la marque « Tongoro », de la créatrice et business woman Sarah Diouf.

Samedi 24 mars 2018 à Capetown en Afrique du Sud.

Le jeune homme qui a eu l’occasion d’habiller Fali I Pupa, Feder, Aya Nakamura et Prone est licencié en lettres modernes, il prépare actuellement son Master en Marketing de Luxe.

Seulement, Yorhann Alexander ne se contente pas d’être un étudiant passionné et assidu, grâce à son réseau et à son talent, le jeune antillais est connu à Paris, il habille et participe à de nombreux événements dans la capitale. Le contre-ténor Prone, du Morne Rouge ( en Martinique) et qui réside au Royaume Uni, a fait appel à lui. Yorhann a assuré la direction artistique du clip « Le Cri de l’Homme », tiré de l’EP « Odissey » du chanteur.

Aujourd’hui, nous savons Yorhann Alexanderen Afrique du Sud dans une grande aventure avec la marque « Tongoro » qui, en Sango ( langue nationale de la République centrafricaine), signifie Étoile. Samedi 24 mars 2018, le styliste martiniquais a participé à la Fashion Week qui s’est tenue à Capetown sur la côte sud-ouest de l’Afrique du Sud.

Présent depuis mardi 20 dans la pointe-sud du continent africain, il a intégré l’équipe  de « Tongoro » pour dit-il : « Seconder Sarah sur le plan opérationnel en veillant à ce que tout se passe bien. Je dois anticiper les problèmes et les résoudre, m’assurer que tout soit dans en ordre et que le défilé se fera dans un bon timing » précise Yorhann Alexander.

A l’African Fashion Internationale (AFI), aux côtés de Sarah Diouf, la créatrice de la marque « Tongoro », Yorhann Alexander a assisté au premier défilé du Label, jusqu’ici, les vêtements de la créatrice sénégalaise étaient vendus exclusivement en ligne.

Une expérience qui aura ému l’antillais, collaborateur de la marque, il nous livre ses premières impressions : « C’était un honneur pour moi de participer à un tel événement, très bien organisé ! Les sud-africains n’ont absolument rien à envier, ni à prouver sur la scène Internationale de la mode. Le talent et la créativité foisonnent à l’unisson et cela donne un événement de qualité. Leurs messages sont empreints de liberté, du respect de la nature, d’amour, d’humanité. Des valeurs africaines qui me sont très chères !  »

Ce 1er défilé aura permis de rendre un peu plus visible la marque « Tongoro » . En créant cette marque 100% #MadeInAfrica produite à Dakar au Sénégal, le pari de la marque est de rendre la mode africaine accessible au plus grand nombre à travers des collections uniques avec des prix abordables. » déclare Yorhann Emmanuel Alexander.

Le styliste encore en formation nous explique sa mission auprès de Sarah Diouf, avant le grand show : «  Avant le show,il y a plusieurs étapes comme le « fitting » des pièces de la collection avec nos mannequins dont Murielle Denise (ci-dessous), le mannequin martiniquais de l’Agence Your Angel Models».

« Le fitting est une étape importante, le moment où l’on coordonne les looks suivant l’ordre de passage, les accessoires des mannequins, on teste les coiffures et le maquillage. Puis vient la phase des répétitions du show dans le lieu où se déroule l’événement : c’est l’occasion de voir un filage du défilé, d’agencer les déplacements des mannequins avec le son et la lumière.
Après, nous affinons les derniers détails, l’équipe fait les dernières retouches, si nécessaire ».

Née à Paris d’un père pilote d’avion, d’origine sénégalo-congolaise et d’une mère hôtesse de l’air, d’origine centrafricaine, Sarah Diouf (ci-dessus) a créé sa marque de vêtements « Tongoro » en Mai 2016 (www.tongoro.com). Elle est diplômée d’un DUT de commercialisation et d’un Master II en marketing et Gestion de la communication à l’INSEEC Paris.

« Je suis aussi très ému et reconnaissant d’avoir eu la chance de fouler le sol africain. Je souhaite que chacun d’entre nous fasse ce voyage. L’Afrique n’est plus le continent de demain mais bien celui d’aujourd’hui ! » conclut le martiniquais Yorhann Emmanuel Alexander.

Défilé "Tongoro"

Défilé "Tongoro"

Publié par Antillesboxmail – Dothy sur dimanche 25 mars 2018

Propos recueillis par Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy

Pour promouvoir la mode africaine à l’international et soutenir les jeunes stylistes, Precious Moloi-Motsepe, la fondatrice de l’African Fashion International a créé le programme Fast Track qui a également pour objectif de leur inculquer les clé du succès et une reconnaissance internationale.

ImagesMAPro/Facebook/© 2018 AFI Gallery/@qwanparis Montage photos C’news Actus Dothy