Ahmed Mohamed 14 ans, arrêté pour avoir apporté une horloge à l’école

Vues : 101

Voici l’histoire rocambolesque d’un jeune américain, Ahmed Mohamed, 14 ans, passionné de robotique et de mécanique.

Lundi 15 septembre, scolarisé à Irving, au Texas, l’adolescent a été interpellé dans son école par la police. Menotté, il a été conduit dans un centre de détention pour mineurs. Sa grande faute, avoir amené à l’école une horloge numérique artisanale qu’il avait fabriqué lui-même la veille en moins de 30 minutes.

Tout content de sa dernière création, l’enfant espérait tout simplement recevoir des félicitations de ses professeurs et épater ses camarades. Mais l’établissement qui a cru que l’objet était une bombe a appelé la police.

Ahmed avait beau expliqué au lycée et à la police que c’était une horloge personne n’a voulu le croire et il a été conduit dans un centre de détention pour mineurs. Après vérification il a bien fallu se rendre à l’évidence, l’objet fabriqué par Ahmed est inoffensif.

La police relâche donc l’adolescent et après plusieurs heures il a pu rejoindre sa famille. Le principal du lycée a quand même décidé de suspendre l’adolescent pendant trois jours, pour avoir construit une «fausse bombe».

Depuis cette histoire, Ahmed reçoit le soutien de nombreux internautes et pas des moindres, qui se sont ralliés au hashtag #IStandWithAhmed

« Belle horloge, Ahmed. Tu veux l’apporter à la Maison Blanche? Nous devrions inciter plus d’enfants comme toi à aimer les sciences. C’est ce qui fait la grandeur de l’Amérique », a lancé le président américain, Barack Obama sur Twitter.

« Le fait d’avoir la compétence et l’ambition de construire quelque chose de cool devrait conduire à des applaudissements, pas à l’arrestation. L’avenir appartient à des gens comme Ahmed. Ahmed si jamais tu veux venir par Facebook, je serais ravi de te rencontrer. Continue à construire » a déclaré Mark Zuckerberg sur Facebook.

Pour le père d’Ahmed, cette punition est un exemple d’islamophobie. «Parce que son nom est Mohamed, et à cause du 11 septembre 2001, je pense que mon fils a été maltraité», a-t-il indiqué aux journaux de Dallas.