Albè Ti Sirè : Juliette Sméralda vient de publier une biographie de l’animateur

Vues : 793
couverture Albert Auguste

Levé au pipiri chantant, les chemises amples et le sourire toujours scotché à ses lèvres, Ti Sirè était l’animateur vedette de la Martinique. Pas très grand, des locks trop longues sans doute, on se souvient de cette voix un peu grave qui partageait nos petits déjeuners et, c’était rassurant de savoir que quelqu’un nous parlait depuis un studio de Radio. Il avait cette façon très caribéenne de causer dans le poste comme on dit aux Antilles, d’annoncer un décès, avec le petit mot de réconfort. Ses collègues, eux, le croisaient, près du manguier à la Cafét’ ou dans les couloirs de la Station de ex-RFO à Clairière, d’humeur égal on goûtait ses mots. Elle pouvait être grave « La voix » de « Jou Ouvè »car tout n’était pas si simple pour Albert, mais il restait toujours positif.

Et pourtant ce petit visage rasta d’Albert s’est lentement fatigué, on le savait atteint d’un cancer mais du fond de son lit,  à l’hôpital de la Meynard, il luttait courageusement. Et brusquement, ce mercredi 24 janvier 2007, dans la nuit, la maladie l’a vaincue. Une date qui n’a pas échappée à la vigilance de Juliette Sméralda, surprise tout d’abord du succès de celui qui est devenu « la voix » la plus connue de Martinique : Albert Auguste dit Ti-sirè. La sociologue-écrivaine a cherché, a fouillé pour savoir comment la Martinique s’est fabriquée un tel héros. Symboliquement, à un jour prêt, finance ou pas, elle a tenu sa promesse d’offrir aux fidèles auditeurs de Radio Martinique, un livre de 327 pages, détaillé et soigneusement illustré, de celui qui se permettait avec sa forte gouaille, de réveiller les habitants de l’île dès 4 heures du matin.

Avec « Albert Auguste alias Albè Ti Sirè  » et un beau titre en couverture : « Jou ouvè » du nom de  l’émission de l’animateur décédé, Juliette Sméralda , nous fait plus qu’un portrait d’Albert Auguste. La sociologue martiniquaise, a fait témoigner des connaissances mais aussi des proches d’Albert  comme Christophe, son fils. L’écrivaine à piocher partout pour connaître le parcours de Ti-sirè, elle a, réveillé les souvenirs enfouis, soucieuse et perfectionniste, elle n’a rien laissé dans le flou. Le livre « Albert Auguste » c’est le remake de 49 ans de vie, c’est le film en comeback de Ti-sirè comme on l’appelait familièrement et avec tendresse. C’est devenu une marque, le style d’ Albè Ti Sirè avec 30 ans de matinales. De sa longue carrière, de Sainte-Lucie (RCI), Montserrat ( Radio Antilles) Martinique (RFO Radio Martinique), Juliette Sméralda a tout gravé dans «Albert Auguste » durant 8 ans. Il sera finalement immortel, nous dit Juliette Sméralda, avec un soupir, heureuse de lui avoir offert cette dédicace.

Juliette Sméralda est Docteur en Sociologie. Elle a écrit de nombreux livres, mais elle se plaît à dire que ce sont des essais. Parmi la vingtaine d’ouvrages, « Peau noire et cheveux crépu » a eu un grand succès ces dernières années. Peut-être, est-ce un déclencheur du mouvement nappy chez les afro-descendants ! Juliette Sméralda, a écrit des livres sur l’aliénation des femmes mais on la connaît aussi pour ses travaux de recherche. Des travaux sur les traitements socio-culturels du corps, sur l’esthétique et l’interculturalité.

« Albert Auguste alias Albè Ti Sirè » est paru aux Editions Thomery dans le 10ème arrondissement.

Dorothée Audibert-Champenois