Alfred Marie-Jeanne et son armada d’avocats

Vues : 134

[Mise à jour le 06 mai 2013]

Ce lundi à 08:00 du matin, le procès pour diffamation intenté par Alfred Marie-Jeanne, l’ancien président du conseil régional, contre Louis Crusol, l’actuel maire de Sainte-Luce, est inscrit au rôle du tribunal correctionnel de Fort de France.

.[Article publié le 06 mars 2013]

Ce mardi 04 mars, Alfred Marie-Jeanne était entouré de 6 avocats pour assurer sa défense lors du procès pour diffamation qu’il a intenté contre Louis Crusol, maire de Sainte-Luce. N’étant pas préparé à voir débarquer une telle armada d’avocats, le procès a été renvoyé au 06 mai prochain à la demande de Me Dominique Nicolas, avocat de Louis Crusol.

Louis Crusol est poursuivi pour avoir diffusé un document signé « green parrot », dénonçant les conditions de construction d’une école à la Dominique en 2005, Alfred Marie Jeanne était alors président de la région Martinique. Louis Crusol, estime que la justice ne peut rien lui reprocher dans cette affaire, notamment parce que son ordinateur avait été volé.

 L’enquête préliminaire ordonnée par le parquet de Fort-de-France a démontré qu’il y a eu « prise illégale d’intérêt » dans ce dossier de construction scolaire à la Dominique. Alfred Marie-Jeanne et Mark Frampton sont mis en examen pour prise illégale d’intérêt, Maguy Marie-Jeanne pour recel.

Propos de Louis Crusol sur cette affaire :

Lundi 4 mars, à ma demande, le Tribunal de grande instance de Fort de France, qui avait convoqué une audience devant examiner la plainte de Alfred Marie Jeanne, sa fille et son « beaufils » passé ou encore en selle, a renvoyé cette audience au 6 mai. Le renvoi est une des possibilités offertes par la loi aux partis et l’acceptation du tribunal suffit à valider ce report et faire taire les cocoricos stupides. Il faut ajouter que les avocats des plaignants  cités plus haut, au nombre de six (6), dont deux exerçant habituellement à Paris, un (1) exerçant en Guadeloupe, après avoir timidement refusé le report, l’ont accepté. La date du 6 mai a été suggérée par l’un des membres , venant du barreau parisien, de l’armée d’avocats réunis par Alfred.

L’énervement est visible dans les prises de positions télévisées dAMJ, qui se prétend serein.

Serein avec six avocats !

La position des attaquants a toujours été la même :

Ils ne peuvent pas contester les délibérations prises par le conseil régional sous la présidence de Marie Jeanne,

Ils ne peuvent pas contester les informations données sur les conditions de passation des marchés concernant  ces affaires,

ils ne peuvent rien contester de ce qui a été écrit ici et là, alors, ils font du cinéma.

Ils prétendent que c’est une affaire politique, comme si rechercher ce qui a pu se passer à la Dominique puis à la Grenade, avec l’argent public, ne faisait pas partie des préoccupations des citoyens et des pouvoirs publics !

Ils prétendent qu’on veut faire du tort à Alfred qui s’est toujours présenté comme l’homme le plus blanc de la Martinique, peut être de France, de la Caraïbe et même du monde!

Mais voilà, pour garantir sa blancheur, il lui faut faire venir un ancien bâtonnier du barreau de Paris, parmi une véritable armée d’avocats.

Il faut rappeler également que, même si le procès avait eu lieu le lundi 4 mars et même si des condamnations avaient été prononcées, cela ne voudrait pas dire qu’Alfred, parent, ami et allié sont hors de cause ! Ils ne seraient pas blanchis pour autant car le procès pour diffamation ne dis pas si les choses sont vraies ou pas, mais si des faits  invoqués peuvent avoir porté préjudice à AMJ.

La procédure qui a abouti à la mise en examen d’Alfred, parent, ami et allié se poursuit.

Personne ne reproche au tribunal de ne pas aller assez vite car ces affaires sont sérieuses et nécessitent qu’on prenne son temps.

Louis CRUSOL

PS : dans cette affaire de volatiles, on parle beaucoup de « green parrot de la Dominique », mais il y a aussi « dove de la Grenade », « sikrié fal jaune de la Martinique » et « le canard enchainé de Paris ».