Alfred Marie-Jeanne, sa fille Maguy et son beau-fils Mark Frampton mis en examen

Vues : 592

Alfred et Maguy Marie-Jeanne (© Michel Joseph)

Mark Frampton

Maguy Marie jeanne est mise en examen pour recel de prise illégale d’intérêt. Après l’architecte Dominiquais Mark Frampton et Alfred Marie-jeanne, actuel député mais mis en examen en tant qu’ancien président du conseil régional. Maguy Marie-Jeanne est la troisième personne poursuivie par la justice dans cette affaire. Rappel sommaire des faits : Début 2010, un document signé Green Parrot avait été largement diffusé sur internet mettant en avant un dossier de coopération régionale relatif à la construction d’une école à la Dominique en 2005. Un dossier dans lequel apparaissait le nom de l’architecte Mark Frampton, consul honoraire de la Dominique, et compagnon de Maguy Marie-Jeanne, fille du président de région et responsable du service coopération au conseil régional. L’enquête préliminaire ordonnée par le parquet de Fort-de-France a démontré qu’il y a eu prise illégale d’intérêt dans ce dossier de construction scolaire à la Dominique.

« Pour atteindre le père, on s’en prend à la fille », a déclaré, indignée, l’avocate de Maguy Marie-Jeanne à l’issue de l’audience dans le bureau du juge Thierry Roland, chargé du dossier.

Une avocate payée pour être amnésique et qui oublie que le père est tombé et aussi le « passé ou présent » compagnon.

AU COMMENCEMENT

C’est bien le petit père Alfred le métis dit « Chabin » qui déclenche ce toumbélé de cochon en écoutant de mauvais conseillers qui l’encouragent à porter plainte en diffamation contre le maire de Sainte-Luce Louis Crusol que combat Jean-Philippe Nilor. Ce dernier tellement sûr de cette opération « plainte en diffamation » se préparait à une inéligibilité de Louis Crusol  et composait déjà un conseil municipal se proposant d’intégrer même des élus de l’équipe actuel de Louis Crusol.

Mais l’opération échoue lamentablement, car le « perroquet vert disait la vérité ! » Oui ! Rien que la vérité et il n’y a là aucune diffamation et c’est là la monumentale ânerie du p’tit père Alfred qui brame comme la biche de Maurice ROLLINAT.

C’est bien le menteur d’Acajou qui faisait un  « procès »  à l’élu de la majorité Daniel Robin simplement membre du CA d’une société qui demandait une aide régionale et là  le DMS se tait. Nous lu rappelons comment définit la prise illégales d’intérêts : En France, car nous sommes dans ce cas d’espèce en France avec un député français qui doit savoir que  le délit de prise illégale d’intérêt est défini à l’article 432-12 du nouveau code pénal :

« Le fait pour une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public ou par une personne investie d’un mandat électif public, de prendre, recevoir et conserver, directement ou indirectement, un intérêt quelconque dans une entreprise ou une opération dont elle a, au moment de l’acte, en tout ou partie, la charge de la surveillance, de l’administration, de la liquidation ou du paiement ».

Oui c’est ça mon bon monsieur Chabin. Il n’y a là aucune affaire politique. Assumez ! D’autres que vous avez dénoncé pour moins que ça on passé des nuits au 118.

« La prise illégale d’intérêts est un délit puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende ».Le père Alfred savait aussi que sa fille fonctionnaire était  placée dans une situation potentielle de prise illégale d’intérêts quand elle instruisait ce dossier . C’est ça la réalité des faits.

En tout cas, Il n’est pas souhaitable qu’à  l’âge de cet homme  qu’il séjourne à Ducos ou encore qu’il soit inéligible. Pour la démocratie il doit être présent  dans l’espace public, mais à visage découvert, pas comme l’homme vertueux qu’il n’est pas.

Ceci dit, il y a d’autres voyous et voyouses  en liberté qui affichent sans vergogne au revers de leur veste la Légion d’honneur.

Par Camille Chauvet