André Siganos recteur de l’Académie Martinique : « Qu’il dégage »

Vues : 125

 Visite-Marie-Luce-Penchard-en-Martinique-mai2011-PBK-02

Suite aux propos peu élogieux qu’aurait tenu le recteur André Siganos sur la Martinique lors d’une conférence à Saint-Domingue, deux retraités de l’éducation nationale, Max Rustal et Philippe Pierre-Charles exigent dans un communiqué « qu’il dégage, le Siganos, Noir ou Blanc et vite« .

« QU’IL DÉGAGE !

Recteur de l’académie de Martinique depuis fin juillet 2009, André Siganos qui s’est à plusieurs reprises singularisé par des déclarations et comportements marqués par un autoritarisme désuet, un franc mépris, voire un racisme larvé, fait de nouveau parler de lui.

En effet, selon le site « Montray Kréyol » à l’origine du scoop, un haut fonctionnaire, dont le nom n’est pas cité, mais ne pouvant être que Siganos, aurait à l’occasion d’un colloque sur l’éducation dans la Caraïbe se déroulant à Saint-Domingue, tenu des propos fort déplaisants à l’égard de la communauté martiniquaise. Dans un communiqué de presse (France-Antilles du 6/12/11), l’intéressé réfute les accusations dont s’est entre temps emparé le monde syndical, laissant entendre qu’elles font suite à une mauvaise interprétation de sa déclaration. Or, selon les informations que nous avons recueillies, cette caricature obsolète d’administrateur colonial n’en serait pas à ses premières bavures à connotation douteuse.

Ainsi, lors de la rentrée des chefs d’établissement de 2011, pour un matériel de sonorisation fonctionnant mal, il conclut publiquement : « c’est un micro martiniquais… ».    De même, à l’occasion du « Dialogue de gestion » ayant eu lieu au ministère (rencontre entre représentants de l’Etat et ceux de l’Académie, c’est-à-dire le recteur et ses conseillers, destinée à négocier la pénurie de moyens pour l’année 2012), stupéfaction générale quand il déclare en substance que les Martiniquais sont des racistes et que tous les Blancs en souffrent ; puis, que les chefs d’établissement et autres collaborateurs qui l’entourent sont des incapables (ou des fainéants selon les informateurs). Devant les protestations des cadres insultés, il présente de retour en Martinique ses excuses verbales, mettant son dérapage sur le compte de d’un coup de colère consécutif à la lecture du blog rapportant les outrageants propos d’un haut fonctionnaire en qui il croit se reconnaître.

De ce fait, menaçant de sanctions un inspecteur, il lui impose de présenter des excuses générales pour avoir par mél invité certaines relations professionnelles à consulter le blog livrant des informations relatives aux frasques de Saint-Domingue commises par le haut fonctionnaire non nommé.

Enfin, c’est le même qui peu après son installation tenta d’imposer que les chefs d’établissement se lèvent à son arrivée en réunion et attendent qu’il les autorise à s’asseoir. Exigence de politesse qui ne l’empêche pas de recevoir certains de ses collaborateurs sans leur serrer la main, sans les saluer, ni les inviter à prendre un siège.

Nous n’avons guère tendance à surestimer les qualités humaines et professionnelles des hauts fonctionnaires français affectés dans les colonies, qui se sont rarement révélés être des perles. Mais il faut reconnaître que l’André Siganos, se sentant sans doute autorisé par l’excessive  prudence de son entourage immédiat, va plus loin que ses prédécesseurs les plus suffisants et les plus réactionnaires.  Affichant à grand fracas des dispositions intellectuelles et morales formellement positives, mais dans le fond parfaitement artificielles et calculées, costumé de lin comme il est recommandé pour les postulants aux responsabilités en milieu tropical, l’individu a pu faire illusion, en dépit d’irrépressibles mauvaises manières. C’est même sans crainte du grotesque qu’il a déclaré à la presse : « Et parfois, imaginez-vous bien, je pèse mes mots : je me pense noir », signalant à l’occasion sa sensibilité pour le moins suspecte aux couleurs de l’épiderme.

Rappelons que, convaincu d’avoir tenu des propos injurieux visant une communauté désignée, Brice Hortefeux, quoique ministre de l’Intérieur, fut condamné  pour injure raciale par les tribunaux de la République. Le cassant Siganos n’a même pas les circonstances atténuantes de la plaisanterie de goût douteux qui avaient sans doute allégé la peine du ministre de l’Intérieur.

« Le niveau racial  et raciste est dépassé dans les deux sens. On ne délivre plus un brevet d’authenticité à tout nègre ou à tout musulman. On ne cherche plus son fusil ou sa machette à l’apparition de  n’importe quel colon», écrivait Fanon dans « Les damnés de la terre » (p.93, Maspero 1979). Si nous voulons joindre le geste à la parole et commémorer de façon conséquente le cinquantenaire de sa mort, la seule exigence de l’heure sur ce sujet  est claire: qu’il dégage, le Siganos, Noir ou Blanc soit-il ! Qu’il n’omette pas à l’occasion d’enfouir dans sa cantine son âme damnée, l’imbuvable et tyrannique Philippe Reymond. Et vite !

Fort-de-France le 8 décembre 2011

Max Rustal – Philippe Pierre-Charles

Retraités de l’éducation nationale »