« Apocalypse » vue par Olivier Ozier-Lafontaine

Vues : 92

Olivier Ozier-Lafontaine est un jeune producteur-réalisaeur, d’origine martiniquaise, sorti tout droit de l’ESRA (Ecole Supérieure de Réalisation Audiovisuelle) à Paris. En 2009, il sort son premier film professionnel intitulé « Apocalypse ». Olivier nous en parle :

Oliver Ozier-Lafontaine

« Le film a été produit par l’association A.N.A.N.As’ (An Nou Aye Nouvel Assoc’) et le tournage a eu lieu en Juin 2008 en Martinique. Il s’agit de mon premier film professionnel. Le scénario original a été écrit en 2001 par Laurent Kristian Ursulet et moi-même dans le cadre du « Concours de scénario sur la drogue aux Antilles » du CRIPS. Le film faisait alors 6 minutes, j’ai ensuite développé le scénario lors d’un stage de réécriture au Moulin d’Andé en Normandie, stage que j’ai gagné par concours en présentant le scénario original. Les personnages et l’intrigue ont pris de l’ampleur pour aboutir à une version proche de celle qui est à l’écran. Les répétitions avec les comédiens ont quelques peu fait évoluer les dialogues.

Tournage à la plage de l'hôtel de la Batelière apocalypse

A.N.A.N.As’ est une association fondée en 2001 à Paris par Bénédicte Clariget (Directrice de production et Directrice de castings sur Apocalypse), William Zébina et moi-même alors que nous étions encore étudiants. Nous avons rapatrié l’association en Martinique à la fin de nos études ».

Tournage à la plage de l'hôtel de la Batelière apocalypse 2

« Apocalypse » est un film sur les ravages de la drogue en Martinique. Le malaise d’une jeunesse antillaise à la dérive. Deux jeunes dans l’engrenage tragique du business et de la consommation de stupéfiants.

« Francis et Kévin sont deux adolescents qui vivent avec leur mère . Cette dernière a tendance à abandonner son rôle de parent au profit de son bien-être et de ses conquêtes amoureuses.

Les deux frères évoluent tant bien que mal dans cet univers familial bousculé, sans repère paternel, et tentent de trouver leur place dans la société. L’ aîné Francis, en vendant de l’herbe aux abords de son lycée, et l’autre en étant un bon collégien et un sportif accompli.

En l’espace d’une journée, le hasard va bousculer cet équilibre et entraîner cette famille dans une sordide histoire de drogue, qui aura des répercussions irréversibles sur leur existence à tous ».

Frank-Yann Tyrat Germain

Tourné en créole et entièrement réalisé par une équipe de techniciens antillais, « Apocalypse » décortique subtilement les méandres de la société martiniquaise, à travers l’histoire d’une famille monoparentale. Un court métrage de 18 minutes rempli de réalisme et très émouvant, avec de jeunes acteurs plus que convaincants. Le générique du film a été écrit et interprété par le chanteur guadeloupéen Dominique Coco. Un film à voir et revoir en famille.

Apocalypse-tournage-en-martinique

Le film a déjà été sélectionné dans divers festivals. Entre autres, le Portobello Film Festival (Londres, Caribbean Film Corner, septembre 2009), Cinamazonia (Guyane, Mention Spéciale du Jury – Catégorie Graine de cinéaste, novembre 2009), Prix de court (Guadeloupe, Mention du Jury – Révélation réalisateur, avril 2010), et le Festival de Cannes 2010 (Short Film Corner, sélection officielle), Festival du Film Français de Sacramento, en Californie.

Voir aussi : MounBoKay : Master Mx, Real See et Olivier Ozier-Lafontaine