Attentats de janvier 2015 : Hommage national aux différentes victimes

Vues : 170
je-suis-charlie-a

Aujourd’hui, commence une semaine d’hommage national aux différentes victimes des attentats de janvier 2015. Le Président François Hollande assistera aux commémorations ainsi que la maire de Paris Anne Hidalgo. Trois plaques seront apposées, à la rue Nicolas Appert (les bureaux de Charlie Hebdo), à Porte de Vincennes (à l’Hyper Casher) et enfin au Boulevard Richard Lenoir, lieu où un policier a été abattu. Ce seront des lieux de mémoire parisiens. A Montrouge, un hommage sera rendu le samedi 9 janvier, en l’honneur de Clarissa Jean-Philippe.

Chronologie d’une semaine sanglante en France, il y a exactement un an.

D’abord retour 4 ans en arrière. Dans la nuit du 1er au 2 Novembre 2011, le magazine satyrique récemment installé dans le 20ème arrondissement de Paris ; Charlie hebdo, est ravagé par les flammes, un cocktail molotov a été lancé dans les locaux, un incendie forcément criminel. Tout ce qui peut nous faire travailler est détruit constate le directeur et Dessinateur du Journal, Stéphane Charbonnier (alias Charb).

Le lendemain Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture et de la Communication est interpellé par la députée de Paris George Pau Langevin (SRC) : « C’un acte inquiétant pour la démocratie, dit-elle, inquiétant pour la liberté de la Presse, contraire à la pluralité que représente notre 20ème arrondissement , nous ne pouvons tolérer qu’un journal soit ainsi attaquée…(Nous) demandons au Gouvernement ce qu’il compte faire pour renforcer la cohésion de notre société ». Touché par cette violence, le Ministre de la Communication du Gouvernement Sarkozy, répond : « Il n’y a pas de démocratie sans épreuves de l’irrévérence »* . Le délit de blasphème n’existe pas dans la Constitution Française, c’est la tolérance et le droit à la liberté d’expression qui priment.

Quatre ans plus tôt, « le comment vivre ensemble » était posé, une question annonciatrice de l’état d’esprit de tous les français après ce qui deviendra les « Attentats de Janvier à Paris ».
Sous le choc, consternée et K.O, la population, qui se réveillait des fêtes de fin d’année, s’est aussitôt rassemblée en bloc sous la bannière de « JE SUIS CHARLIE ». 20 morts dont 3 terroristes et une vingtaine de blessés. L’outre-mer aussi est traumatisé, une policière d’origine martiniquaise est tuée en région parisienne.

Tout commence le mercredi 7 janvier 2015. Il est 11h30 quand deux hommes lourdement armés pénètrent dans les locaux du journal Charlie hebdo. Surpris en pleine conférence de rédaction, les collaborateurs n’ont pas le temps de se mettre à l’abri. En criant Allah Ak Bar, les deux hommes cagoulés ouvrent le feu et tuent 6 personnes : Cinq dessinateurs très connus (Char, Cabu, Wolinski, Tignou , Honoré), un invité du journal et un agent d’entretien. En quittant les locaux, les deux terroristes abattent froidement deux policiers.
Dans leur fuite, ils braquent un automobiliste et se retranchent dans l’Aisne, en Picardie à Dammmartin.

Paris est en état de choc. On découvre que ces terroristes, Chérif et saïd Kouachi sont français, ils sont de parents algériens, ils ont 32 et 34 ans. Ils sont depuis longtemps sur la liste noire du terrorisme.
Le monde entier est en deuil et s’habille de « JE SUIS CHARLIE » . En France, le plan vigipirate est à son seuil le plus élevé.
Le pire est encore à venir.

Le lendemain, le jeudi 8 janvier 2015 vers 8h , c’est une policière d’origine martiniquaise qui tombe sous les balles d’un autre terroriste Amedy Coulibaly. Appelés pour un banal accrochage de voiture, la policière et son collègue sont pris pour cible par Coulibaly. Son collègue es blessé et la jeune Clarissa Jean-Philippe meurt sur place. Elle venait juste de passer des vacances de Noël en famille. La jeune femme était en France depuis huit ans, jeune stagiaire à la police municipale de Montrouge dans les Hauts-de-Seine, elle était en fin de formation. Elle attendait la remise de son diplôme prévue en Septembre 2015.

Plusieurs sources mettent en relation les frères Kouachi et Amédy Coulibaly , qui se seraient connus en détention.

Le Vendredi 9 janvier 2015 à 13h, une fusillade éclate à la Porte de Vincennes (l’Est parisien) dans une épicerie casher. Le tueur de Clarissa Jean-Philippe, Amedy Coulibaly, 34 ans prend en otages des clients d’une épicerie Hyper Casher. Il est tué lors au terme d’un assaut. A l’intérieur, 4 personnes sont mortes et 7 autres sont blessés.
A Dammartin, où ils sont toujours retranchés, vers 17h, les frères Kouachi sont tués en ripostant sur les forces de police.

Au total, durant cette sanglante première semaine de l’année 2015, 17 personnes sont mortes et les trois terroristes. Des rassemblements de solidarité ont lieu partout dans monde. Les 10 et 11 janvier, une grande marche républicaine rassemble en France, plus de 4 millions de personnes, autour du « Vivre Ensemble » et de la liberté d’expression.

Dorothée Audibert-Champenois

Réf : Questions au Gouvernement à l’Assemblée Nationale le 3 Novembre 2011


1 commentaires :

  1. Chanou

    Un an après…mais où sont donc passés tous les Charlie???
    Héhé! bizarre…ils ne sont plus aussi nombreux.
    Zot fini pa ouvè zié zot!

Les commentaires sont fermés