Avignon-Racisme : Procès du martiniquais sauvagement tabassé. « On a minimisé l’Affaire ! »

Vues : 4334

Dans la nuit du 27 au 28 mai 2016, à l’entrée du Bokao’s, une boite de nuit à Avignon, un jeune martiniquais s’est fait rouer de coups par des vigiles qui lui refusait l’entrée de l’établissement tenu par un ami de son beau-père. Bilan, un nerf optique bloqué, des os de sa tempe gauche facturés, une hémorragie à l’œil, il risquait d’être handicapé à vie de son œil gauche. Le jeune homme en vacances chez sa mère avant cette agression est hospitalisé à Marseille durant une semaine, les médecins lui prescrivent 15 jours d’ITT (Incapacité temporaire de travail).

Un an plus tard, le lundi 24 avril 2017 le procès s’ouvre au tribunal correctionnel d’Avignon dans des circonstances qui mettent mal à l’aise la victime Jordan Taconnet. Durant environ une heure, les avocats se sont affrontés sur les circonstances et les causes de cette altercation qui aurait mal tournée ce samedi 28 mai 2016. Deux vigiles étaient mis en cause accusés de blessures graves portées au visage de Jordan Taconnet. Il était reproché à l’un des agresseurs d’avoir tenu, (selon Cannelle, colocataire de Jordan) des propos racistes : « De toute façon vous les gens de couleur, vous foutez tout le temps la merde ». (Ci-dessous le lieu de l’agression).

Des mots qu’a refusé de reconnaître Dominique Crespin 53 ans (ci-dessous), recruté par une société de gardiennage, l’homme a été relaxé au procès. Les juges ont entendu les explications de l’autre videur, Christopher Desnos 32 ans qui dit avoir frappé Jordan Taconnet par légitime défense alors même qu’il n’avait aucune autorisation de port d’armes. « Deux gars me tenaient, lui (Jordan Taconnet) faisait mine de me frapper. Je reconnais que j’aurais du faire autrement mais je craignais pour ma sécurité ».

Selon Christopher Desnos, deux des amis du martiniquais l’auraient « saisi ». L’accusé aurait alors tabassé sauvagement Jordan Taconnet avant même que le jeune homme n’envisage de le frapper, « une attaque préventive! » selon les médias locaux. La mère de Jordan n’a pu intervenir pour témoigner de l’acharnement du vigile sur le visage de son fils. Christopher Desnos a été condamné à une peine d’un an de prison dont six mois avec sursis. « Son avocat ayant relevé différentes contradictions dans les déclarations du jeune martiniquais qui avait refusé de faire appel aux pompiers » rapporte Le Dauphiné Libéré.

Absent durant le procès, le jeune martiniquais déçu et frustré a décidé de faire appel de la décision du Tribunal Correctionnel d’Avignon. Nous avons recueilli par téléphone, les réactions de l’antillais qui ne décolère pas depuis lundi dernier. Il n’a toujours pas récupéré son acuité visuelle d’avant le passage à tabac.

En lisant les minutes de son procès, Jordan Taconnet est persuadé que la Cour n’a pas vraiment pris en compte les blessures profondes qui ont provoqué un arrêt de travail de 15 jours et sa longue hospitalisation. Jordan Taconnet a la sensation qu’on « a voulu minimiser l’Affaire ».

Par ailleurs sa colocataire qui a porté plainte le 15 juin 2016 a noté dans le rapport de la police, la violence des coups de matraques assénés avec brutalité par les vigiles. Un acharnement si cruel qu’un « autre gardien noir » d’une vingtaine d’année leur aurait demandé de s’éloigner pour éviter le pire : «Partez maintenant, sinon ils vont vous tuer ! ».

Le jeune Jordan Taconnet explique son absence au procès ce lundi 24 avril 2017, pour des raisons professionnelles qui l’obligeaient à être en Martinique durant le temps du procès. Au chômage depuis le mois de février 2017, Jordan Taconnet avait planifié de nombreux rendez-vous professionnels sur son île. Ce vendredi 21 avril, il peut prouver qu’il était « en entretien d’embauche ». Une autre raison qui justifie son retard, il l’explique ainsi : « Les accusés n’ayant pas d’avocats, je pensais que le procès serait reporté ». « Avec mon avocate nous nous sommes entendus pour que je ne me déplace pas sachant qu’il y avait de grande chance que ce procès puisse être retardé » ajoute Jordan Taconnet.

Jordan Taconnet a tout de même programmé son retour en métropole. Le jeune homme a décidé de faire appel de la décision du Tribunal Correctionnel d’Avignon qui ne condamne qu’un seul videur Christopher Desnos et qui acquitte l’autre vigile Dominique Crespin. « Pourtant ils étaient plusieurs dans cette agression » ajoute le martiniquais. Christopher Desnos, le seul inquiété dans l’Affaire, est condamné a verser au martiniquais 6 500 euros de dommages et intérêts mais Jordan Taconnet ne compte pas en rester là. Très rapidement, le jeune antillais, Jordan Taconnet prévoit de revenir dans le Vaucluse pour préparer son dossier en Appel.

Enquête Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
PhotosJordanTaconnet


1 commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *