Babette De Rozières : Droit de réponse de Mr Franck Baptiste

Vues : 38

franck-baptiste

Il y a quelques jours, nous vous relations les propos de Madame Babette De Rozières qui faisait état du comportement de Monsieur Franck Baptiste à son encontre lors de la Foire de Paris qui s’est tenue du 30 avril au 11 mai.

Monsieur Baptiste, Administrateur au Comité du Tourisme de Guadeloupe, apporte aujourd’hui sa version des faits via le communiqué suivant publié sur le profil Facebok de Bworl Bwc :

« Conformément à la loi*, je me permets de démentir vivement les propos qu’a tenus Mme Babette de Rozières, dans la presse numérique, à mon encontre qui sont autant diffamatoires que violents.

En effet, Madame de Rozières pour qui j’ai la plus grande admiration a pris place dans le stand de la Guadeloupe pour dédicacer son livre, parmi d’autres participants venus représenter la Guadeloupe et ses nombreux talents. La deuxième semaine, alors que je faisais un point, en tant que secrétaire général du CTIG et administrateur, sur l’organisation du stand, elle s’est présentée et a exigé la place qu’elle avait la semaine précédente.

Ce qui n’était pas possible, mais il lui a été proposé de partager, elle a refusé et est partie sur le stand de la Martinique. En aucun cas elle n’en a été chassée !

Son stock de livres est resté sur le stand de la Guadeloupe – nous ne l’avons pas retiré. Sa collaboratrice venait puiser dans ce dernier au fur et à mesure des ventes effectuées sur le stand de la Martinique. Nous ne lui en avons pas tenu rigueur et avons laissé faire…
Je suis attristé par les propos diffusés dans les médias, me faisant passer pour un arrogant, pour une homme à la « sinistre figure », un « goujat » et un « malpoli » qui refuse de lever « son cul », qui « fout tout en l’air « !

Que de haine et de colère formulées dans un langage qu’on qualifierait volontiers de châtier.
Madame de Rozières est visiblement coutumière de ce genre d’attitude au regard du conflit qui l’a opposée à la chambre d’Agriculture de la Guadeloupe il y a déjà trois ans et de ceux plus récents, en mars 2013, qui l’opposent à des actrices et personnalités médiatiques, elles aussi, diffamées.

Mme de Rozières serait-elle tombée dans le piège du buzz permanent ?
Pour ma part, je ne peux que regretter ces propos diffamatoires qui nuisent à l’image de notre Guadeloupe où les gens sont accueillants et respectueux des autres…

* loi pour la confiance dans l’économie numérique, n° 2004-575 du 21 juin 2004

Franck Baptiste »