Barber Gé, un martiniquais coiffeur star des footballeurs Français

Vues : 414

D’Aubameyang à Chedjou, en passant par Matuidi, «Barber Gé» façonne les crêtes des joueurs du championnat de France…

Pour certains, c’est un génie de l’arrangement capillaire. Pour d’autre, un criminel récidiviste s’en prenant aux coiffures de toute la Ligue 1. Ce qui est certain, c’est que «Barber Gé» (de son vrai nom Gérald Lerandy), 34 ans, originaire de Sainte-Marie en Martinique, est derrière les coupes de cheveux d’une bonne vingtaine des joueurs en France.

«Sans prétention de ma part, c’est par rapport à mes qualités, à mon talent. Il y a des petits trucs qui font la différence. Je ne vais pas dire que c’est la perfection, mais d’après ce qu’on me dit, on n’en a jamais été aussi proche», rigole l’artisan.

Le Supplément, présenté par Maïtena Biraben, le nouveau rendez-vous du week-end sur CANAL+ lui a réservé un reportage ce samedi.

Récent titulaire d’un brevet de coiffure professionnel, il a façonné les styles de Blaide Matuidi, Aurélien Chedjou ou Yann M’Vila. Mais celui qui l’a lancé dans le milieu est le pape de la coupe à scandale: Djibril Cissé. «En 2007, avant la finale de la Coupe de France contre Sochaux, Ronald Zubar nous a mis en contact. Je suis allé au château de Chantilly où était l’OM et je me suis occupé de lui», raconte celui qui travaille dans un salon à Saint-Denis. Pas grave si Marseille a fini par s’incliner: faire appel à lui c’est une question de style, pas de superstition.

«Aubameyang a un coiffeur à Saint-Etienne, mais pour les gros matchs il fait appel à moi»

Cissé parti, Barber Gé s’est trouvé un terrain de jeu très médiatique depuis quelques temps: le crâne de Pierre-Emerick Aubameyang. L’attaquant des Verts est l’un des rares à faire se déplacer le coiffeur des footeux. «Il a un coiffeur là-bas. Mais pour les gros matchs, quand il veut des trucs bien précis, il fait appel à moi. Là je lui ai proposé la dédicace à Jérémy Clément. Il a accroché tout de suite», raconte-t-il, en avouant avoir passé une heure sur la coiffure du Gabonais.

A quel prix? Si les coupes de base tournent autour d’une quinzaine d’euros, les moyens et les envies des footeux font exploser ce montant. «Je n’ai pas de tarif pour eux. Ce qu’ils me donnent, je l’accepte. Mais ce que je demande c’est surtout la possibilité de faire des photos, ça me fait de la pub. Et puis un maillot dédicacé. Et puis des places quand je veux aller à un match, qu’on me mette bien.»

Évidemment, il le mérite. Car il excelle dans les deux tendances du moment. Celle extravagante d’un Aubameyang, qui inspire tout le championnat. Et l’autre, plus classique, à l’image d’un Matuidi, inspiré par les basketteurs de la NBA. «C’est plus sage, plus dans un délire américain, à la brosse, assez court, avec un effet wave. Avec des teintures noires pour que les contours ressortent bien». La prochaine mode? «Ca fait 15 ans que je suis dans le métier, ils sont tous dans le délire crête. Maintenant, c’est la crête mais sur le côté, penchée. Comme Beckham avait en arrivant au PSG, mais plus travaillé, plus soigné. J’aimerai le coiffer, lui faire cette crête sur le côté avec une raie.» L’Anglais peut déjà prendre rendez-vous.

Source : 20minutes.fr et canalplus.fr