« Bastille Day » déprogrammé, l’histoire rappelle l’attentat sanglant de Nice

Vues : 906

Profil bas pour le film « Bastille Day », le distributeur Studiocanal a demandé aux cinémas qui diffuse le film de le retirer de leur programmation. « Bastille Day » n’est pas en ce moment dans l’esprit de recueillement national. L’histoire est celle d’une jeune française Zoé, interprétée par Charlotte Lebon, qui prépare un attentat la veille du 14 juillet. Comble de l’ironie, à l’étranger les exploitants de salles ont annoncé cette réalisation comme basée sur des faits réels.

Le film qui est sorti ce mercredi 13 juillet est bien placé au box-office, vendredi, il comptabilisait plus de 37 000 entrées. Après l’attentat terroriste de jeudi (Fête du 14 juillet), la production americano-franco-britannique par la voix de son porte-parole a déclaré : « Nous avons demandé samedi matin à tous les exploitants, tous les complexes, et toutes les salles sur nos 237 copies de faire le maximum pour retirer « Bastille Day » de l’affiche, parce que certains aspects du film ne sont pas en phase avec le recueillement national ».

Une déprogrammation pas évidente reconnaît le responsable d’UGC Ciné-Cité les Halles (un complexe au centre de Paris). Même si toutes les publicités sur le film ont disparu des écrans, la programmation se fait d’une semaine à l’autre et de nombreux spectateurs réservent leur place bien en amont.
Dimanche le distributeur de la société du Groupe Canal+ n’était pas en mesure de dire combien de salles avaient déprogrammé « Bastilles Day » ni les conséquences financières d’une telle programmation, a précisé l’Agence France Presse.

Dorothée Audibert-Champenois
Photo LePoint/AFP