Benoit Lagrée: les derniers adieux de sa famille

Vues : 111

Benoit Lagrée Adieu

Une fin triste et éprouvante pour la famille et les amis de Benoit Lagrée, le rennais de 35 ans disparu depuis le 30 novembre dernier en forêt d’Absalon. Leurs derniers espoirs de retrouver le trailer reposaient sur l’intervention des gendarmes du groupe national d’investigation cynophile (GNIC) qui repartent pour la métropole demain soir, sans résultats.

Le juge d’instruction en charge de l’affaire devrait se prononcer prochainement quant à l’issue à donner à cette situation. La famille, quant à elle, espère un « jugement déclaratif de décès » pour venir à bout des démarches administratives et financières qui pèsent sur la femme et les enfants du disparu. Une cérémonie aura lieu dans les prochains jours. En attendant, un message poétique et positif malgré la tristesse, a été adressé aux « fans » de la page facebook du comité de soutien:

Bonjour à tous,
En ces temps de déluge presque apocalyptique, il pleure dans nos cœurs comme il pleut sur la ville. Nous avons été informés aujourd’hui par les autorités que les recherches menées depuis quelques jours avec l’équipe et les chiens du GNIC se sont révélées vaines. Le temps des recherches, qui a commencé le 2 décembre 2013 et s’est donc achevé hier, le 11 février 2014, est terminé, et vient maintenant le temps des démarches juridiques pour obtenir un certificat de vaines recherches et un jugement déclaratif de décès. Nous vous transmettrons des nouvelles dès que nous en aurons.
Pour clore ce message laconique, mais qui est à l’image des informations que nous avons reçues de la Martinique, nous souhaitons une nouvelle fois vous remercier, vous tous, qui nous avez aidés, soutenus, portés, épaulés, réconfortés et accompagnés tout au long de ce chemin de souffrance mais aussi d’espérance. Si nous avons accompli tant de choses avec l’espoir de le retrouver, c’est par la force de notre amour pour Benoit et de notre ardente volonté (suivant ainsi la célèbre devise de Jacques Cœur, « à vaillans cuers riens impossible » ; à cœur vaillant, rien d’impossible), mais aussi grâce à toute l’aide morale, financière, matérielle, que nous avons reçue de toutes parts. Cette quête acharnée de Benoit nous montre à quel point, tous ensemble, on peut réaliser de grandes et belles choses, à défaut d’accomplir des miracles. La forêt d’Absalon et les Pitons du Carbet n’ont pas voulu nous le rendre, mais nous n’abandonnons pas Benoit, nous le laissons juste poursuivre seul sa course vers les étoiles. Une cérémonie d’adieu sera organisée pour lui, Fanny vous donnera les détails dans les prochains jours. Nous demandons à tous, quels que soient votre chagrin et votre frustration de ne pas avoir retrouvé Benoit, de ne pas polémiquer sur Facebook, pour garder une belle image de ce combat mené ensemble. Nous avons une pensée également pour toutes les familles de disparus, plus de 60 000 chaque année, dont un quart de disparitions inquiétantes. Allison Benitez, Estelle Mouzin, ces noms évoquent des affaires ayant connu un écho médiatique fort, mais elles ne sont que la face immergée d’un iceberg profond.
Pour Ben, mon petit frère, je me souviens du dernier texto que je t’avais envoyé, reprenant une citation de John F. Kennedy : « il ne faut pas chercher à rajouter des années à sa vie, mais plutôt essayer de rajouter de la vie à ses années ». Même si j’aurais aimé comme nous tous que tu la poursuives encore de longues années, tu auras vécu une vie pleine de passion et d’amour, et c’est à nous maintenant de trouver le chemin d’une vie plus apaisée et plus heureuse, et de poursuivre nous aussi nos rêves. Ce drame nous marquera à jamais, mais tu nous as poussés à donner le meilleur de nous même, et comme le disait si bien Albert Camus, « au milieu de l’hiver, j’ai découvert en moi un invincible été. ».
Le vent se lève!… Il faut tenter de vivre! Aujourd’hui, il est grand temps de rallumer les étoiles, et de redonner un peu de lumière, de soleil, de chaleur, de couleurs, de légèreté, de pétillance et d’espérance dans toute cette grisaille qui nous entoure. C’est certainement ce que Benoit aurait voulu pour nous. Merci à tous et haut les cœurs !
Anne-Marie Lagrée, la grande sœur de Benoit, Fanny Letournel, sa compagne, Jacqueline Lagrée, sa mère, Guillaume Lagrée, son grand frère, Monique et Jean-Pierre Letournel, ses beaux-parents, ainsi que tous les proches et amis de Benoit.

Photo: Page Facebook Comité de soutien pour Benoit Lagrée