Bientôt un trophée qui récompensera les employeurs « recruteurs de la diversité »

Vues : 137

«Quand on est jeune et qu’on vient des quartiers populaires, on a 30% de chance d’être au chômage, c’est la pire des inégalités », ce sont les mots d’Emmanuel Macron, le Ministre de l’Économie. Sur ce lourd constat, le Gouvernement a annoncé vendredi dernier, qu’il lançait  dès le 1er Avril une campagne de testing pour lutter contre les discriminations à l’embauche dont souffrent certains jeunes.

Ce projet a été pensé au mois de mai 2015, après l’abandon du CV anonyme. L’objectif, c’est de tester 20 à 50 Entreprises de plus de 1000 salariés et de déterminer quels profils d’employés qu’elles embauchent spontanément. Les Ministres Emmanuel Macron et celui du Travail Myriam El Khomri, ont confié cette campagne à une Société l’ISM Corum à Lyon, le Centre d’Observation et de Recherche sur l’Urbain et ses Mutations.
L’idée est d’observer le comportement des employeurs. Ils recevront à partir du début du mois d’Avril de faux CV. Pour un même poste, il y aura deux profils identiques dont l’un indiquera l’origine du candidat.
Les résultats seront connus dans  six mois, à la rentrée de Septembre. Le Ministre de l’Économie, veut créer un Trophée qui récompensera les Employeurs « Recruteurs de la Diversité »

Emmanuel Macron interrogé par le Parisien, estime que la « Bonne méthode «  c’est le testing , un moyen de détecter et pénaliser les employeurs pris en faute. Myriam El Khomri, regrette cette discrimination qui « n’améliore pas les performances des Entreprises, ni leur compétitivité puisqu’elles se privent d’une part de la Société française ».

Selon Bercy, les hommes supposés être d’origine musulmane ont quatre fois moins de chance de décrocher un entretien d’embauche.

Une discrimination à l’embauche qui n’est pas nouvelle sur le marché du travail en France. En 2007, une enquête réalisée par testing du Bureau International du Travail en Suisse, paru dans l’Express/l’Expansion, avait conclu que « Les employeurs français pratiquent couramment la discrimination à l’embauche envers les personnes d’origine maghrébine ou africaine ».

Dorothée Audibert-Champenois