« Blanchissez-moi tous ces nègres » de Serge Bilé

Vues : 84

blanchissez-moi-tous-ces-nègres-serge-bilé

« Blanchissezmoi tous ces nègres » est le titre du nouveau livre de Serge Bilé, sorti le 24 mars 2010, chez Pascal Galodé Éditeurs.

Mot de l’auteur :

« C’est une dictature dont on parle peu mais qui fait pourtant des ravages aux quatre coins de la planète : la dictature de la blancheur, ou l’idée selon laquelle une femme doit, pour être belle, avoir absolument le teint européen.

Au temps de l’esclavage, par exemple, les maîtres avaient établi une hiérarchie de couleur, allant du plus sombre (négatif) au plus clair (positif), ce qui avantageait les enfants qu’ils faisaient aux captives africaines. Ils étaient mieux considérés et donc mieux traités.

L’esclavage et la colonisation ont forgé les préjugés des Blancs sur les Noirs, et fait naître, chez beaucoup de ces derniers, un sentiment d’infériorité qu’ils tentent de juguler en se dépigmentant frénétiquement.

Les femmes mais aussi les hommes qui cèdent à cette pratique, sont persuadés que la décoloration les valorise et les aide à contourner le mur de la discrimination dans la recherche notamment d’un emploi.

Ils sont, pour cela, prêts à courir de gros risques, à s’exposer aux dangers, aux maladies, notamment le cancer de la peau, un peu comme des accrocs d’une drogue qui ne pourraient plus s’en passer.

blanchissez-moi-tous-ces-nègres-serge-bilé-3

Ce dessin a inspiré le premier chapitre du livre

Les fournisseurs de ce poison sont connus. Ils ont pignon sur rue et n’ont aucun scrupule, petits ou grands, blancs comme noirs, à faire du business sur le malheur des autres, en fabriquant et vendant des produits nocifs prétendument éclaircissants.

Ce livre plonge au cœur de ce passé barbare et douloureux pour exhumer la responsabilité, occultée, non seulement des savants, mais aussi des intellectuels, des religieux, et des publicitaires occidentaux, dans la genèse et l’expansion d’un fléau devenu désormais mondial.

Cette faute initiale n’exonère pas pour autant de leur propre responsabilité les adeptes de la décoloration, qui sont, quoi qu’on en pense et quoi qu’on en dise, plus à plaindre qu’à blâmer. »

Journaliste à RFO Martinique, Serge Bilé a déjà publié « Noirs dans les camps nazis », « Quand les noirs avaient des esclaves blancs », « Et si Dieu n’aimait pas les noirs » et récemment « Au secours, le prof est noir » !

« Blanchissez-moi tous ces nègres » Serge Bilé.

Chez : Pascal Galodé Éditeurs, 2010.

Prix éditeur : 14, 90 euros.