Booba : « c’est malheureux qu’on s’en prenne à un jeune innocent de 19 ans »

Vues : 106

booba-rhoff-bagarre

Les deux figures du rap français, Rohff et Booba entretiennent une rivalité féroce depuis quelques temps. Leurs violents échanges verbaux, limités jusqu’ici aux réseaux sociaux, ont pris une tournure dramatique.

Lundi soir, un jeune vendeur de 19 ans travaillant dans une boutique distribuant les vêtements de la marque de Booba à Paris a fait les frais de la guerre entre les deux rivaux du milieu hip-hop. Le jeune homme a été roué de coups lors d’une bagarre.

Le rappeur Rohff, soupçonné d’avoir participé à cette bagarre a été déféré ce mercredi soir devant la justice en vue de sa présentation devant un juge d’instruction jeudi.

Il y a quelques heures le rappeur Booba s’est exprimé sur sa page facebook :

Tous les médias s’excitent comme des pucelles pour interviewer le duc mais le duc n’a rien à leur dire et rien à se reprocher. C’est juste malheureux qu’on s’en prenne à un jeune innocent de 19 ans qui n’a rien demandé à personne et qui n’était nullement ni de près ni de loin mêlé à tous ces clash.

Je m’excuse auprès de lui et de sa famille à la place de ses agresseurs qui auraient dû s’en prendre à moi et moi seul. « Chercher Booba à la boutique Ünkut c’est comme chercher Ronald chez McDonald » mon post était une invitation à Rohff à venir régler ses comptes en personne plûtot que d’envoyer d’éternels pics en chanson et sur les réseaux sociaux. Si il me cherche vraiment il me trouve. Émile m’a trouvé jusqu’à Miami ( à perte ). On n’s’en prend pas à un jeune innocent et encore moins à dix contre un.

Il a refusé le ring et il fait semblant de vouloir un combat de rue alors qu’en fait il ne me cherche pas vraiment. L’épisode du Régine à Paris n’est qu’un gros mensonge. Je n’y étais pas et il n’a jamais été question que j’y aille pour fêter mon anniversaire et c’est facilement vérifiable. Tout ça pour dire que les responsables de ces actes sont des lâches et ne connaissent ni le code de la rue ni le code de l’honneur. Mais plutôt comme ils le disent « le code de l’horreur ».

Dieu merci la victime qui nous est proche est « tirée d’affaire ». En tant qu’homme j’ai le droit de répondre aux attaques d’un autre homme publiquement ou pas. Je n’incite pas à la haine et je n’suis pas un exemple mes actes ne regardent que moi et je les assume pleinement. Médias gardez la pêche et diabolisez nous si vous voulez. Vous n’feriez pas 10 mètres dans nos paires de Jordan et vous ne comprendrez pour la plupart jamais nos vies notre mentale et ce qu’on a pu traverser et endurer en grandissant dans ce chère pays des droits de l’homme.