« Ça Turn pas rond » : Réponse de Krys à SaaTurn

Vues : 14421
step-out-productions

Krys répond à Saaturn, suite à la déclaration de ce dernier concernant le manque de communication de Step Out Productions sur son dernier album « Ambition :

Ça Turn pas rond

Il suffit de quelques vues sur Youtube pour que certains artistes pensent être des super stars ou rapporter un max d’argent à leur producteur. Il suffit d’un problème technique sur un album, chose très courante et souvent due aux prestataires, pour qu’un artiste peu expérimenté, jette la faute à son producteur. Il fait bon taper sur STEP OUT, taper sur KRYS, le seul artiste antillais confirmé qui a monté une structure pour développer des jeunes artistes de la communauté.

La perfection n’existe pas en ce bas monde. Et si, dans le contexte difficile de la musique antillaise, mon label a fait des erreurs, mea culpa. Mais au moins, on travaille, on fait les choses. Aucun de ces artistes à la langue bienveillante ne reconnaitra le travail effectué par STEP OUT, mais le public le voit ce travail. On voit la différence entre un artiste qui est chez STEP OUT, et un artiste qui ne l’est pas ou ne l’est plus. N’est-ce pas ?

Je dirai au jeune Saaturn que dans une société, quelle qu’elle soit, il faut que les recettes couvrent les dépenses. Désolé de mettre des limites aux budgets, mais c’est ça ou la banqueroute. Je dirais aussi « aucune communication »? Ce n’est pas exact. Je pense que le public peut là aussi facilement vérifier (séances dédicaces, partenariat radio, etc.).
En tout état de cause, je dois quand même tirer des leçons de ce nouveau « déballage ».
Einstein disait que la folie consiste à répéter toujours les mêmes actions, et s’attendre à un résultat différent. J’ai bien compris cette fois que je ne suis pas sur la même longueur d’onde que ces gens.

Quand je dis « STEP OUT est un jeune label, il construit les artistes autant que les artistes le construisent. Collaborons, et même si ce n’est pas facile, avançons ensemble. » Irrémédiablement certains artistes viennent avec l’envie de recevoir, jamais de donner quoique ce soit (souvent par exemple ils ne veulent pas partager sur leurs réseaux le clip d’un autre artiste du label, oui ça va jusque là !) et bien sûr avec la ferme intention de bien profiter de notre chéquier.

Alors, quoi faire ? Arrêter la production et penser qu’à ma gueule comme tous les autres ? Déballer à mon tour tous les manquements de ces artistes, leurs travers, leurs caprices, leur hypocrisie, leur jalousie viscérale envers la plupart de leurs collègues ?
 Même si je suis déçu encore une fois par un compatriote, je ne m’abaisserai pas à ce type de comportement. Je vais continuer le boulot, avec le sérieux que l’on me connaît. Mais… différemment.

ADAN ON DOT’ SOLEY