Che Guevara : 50 ans après sa mort en Bolivie, une villageoise Irma Rosales témoigne

Vues : 300

Ce lundi 9 octobre, marque un demi-siècle depuis l’exécution du Che. Le New York Times revient sur les conditions de capture de l’icone révolutionnaire, Ernesto Rafael Guevara. Le Che (Tché), l’homme au béret étoilé, le médecin né à Rosario en Argentine en 1928, qui a mené des guérilleros, de Cuba au Congo, bouleversant le nouvel ordre mondial dans les années 1960.

L’exécution du leader marxiste a eu lieu dans un petit village en Bolivie, la Higuera, en Bolivie, le 9 octobre 1967. Les villageois encore vivants se souviennent de cette capture il y a 50 ans et Irma Rosales, gérante de sa petite épicerie, « sa boîte pleine de photos, se souvient de  l’étranger qui a été abattu dans l’école locale. »

Nicholas Casey note dans The New York Times, les souvenirs d’Irma Rosales (assise devant son épicerie)  :
« Ses cheveux (du Che) étaient longs et graisseux, ses vêtements si sales qu’ils auraient pu appartenir à un mécanicien ». Et il n’a rien dit, se rappelle-t-elle « quand elle lui apporta un bol de soupe, un peu avant que les balles ne sonnent. Che Guevara était mort ». Puis, c’est une autre voisine qui lavera le sang dans la salle de classe.

Cette période dans la jungle a marqué Irma et les villageois de la Higuera. Pour ceux qui attendaient l’égalité, ils assurent aujourd’hui avoir vécu le martyr : « C’était de la torture pour nous. Pour nous, c’était une période de souffrance. »

«Les Forces armées révolutionnaires de Colombie (le groupe de guérilla le plus important de la région) sont sorties de la jungle en abandonnant leurs armes dans une guerre où personne n’est sortie victorieux. La Colombie aurait perdu dans cette guerre plus de 220 000 personnes.» raconte un autre villageois à la Higuera.

García Linera, vice-président de la Bolivie, était un enfant ce jour-là et se souvient avoir vu l’image de Guevara sur la première page du journal bolivien Presencia, sur le lit de son grand-père : « J’ai encore cette photo en noir et blanc, en mémoire, ses yeux regardant le ciel ».

Les restes du Che ont été cachés par des soldats jusqu’aux années 1990. Ensuite c’est à Cuba, qu’un mausolée a été inauguré en 1997 à Santa Clara, abritant les restes du « guérillero héroïque » Ernesto Che Guevara, mort à 39 ans. Son frère Juan Martin Guevara, vit en Argentine, il est âgé de 74 ans. Questionné sur son frère, il affirme dans la presse, qu’Ernesto  «aurait triomphé» s’il était resté en vie.

 

Depuis hier, vendredi 13 octobre, un timbre à son effigie s’arrache en Irlande, le pays où le révolutionnaire argentin avait des racines familiales. Le timbre célèbre les 50 ans qui commémorent la mort du leader marxiste. Ernesto Rafael Guevara, plus connu sous le nom du Che est mort le 9 octobre 1967 en Bolivie.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images Contretemps/EStock/NewYorkTimes/TVAnlles