Chikungunya : Qu’en est-il réellement actuellement?

Vues : 1

83626_23-chik-1

Pour rappel, le chikungunya ou « chik », de son diminutif, est une maladie due à un virus, l’arbovirus.

Transmis par les moustiques, le chik est présent dans la région Caraïbes depuis fin 2013 : Saint Martin, Saint Barthélémy, Guadeloupe, Martinique, mais également Guyane, République Dominicaine, Iles Vierges Britanniques, Haïti, etc.

Il faut cependant savoir que c’est une maladie qui a été identifié dans les années 50, en Tanzanie.

Le chik peut passer inaperçu ou se manifeste environ 4 à 7 jours après la piqûre du moustique du genre Aèdes, par l’apparition soudaine d’une fièvre élevée (38,5°C et plus) associée à des maux de tête ainsi qu’à d’importantes douleurs musculaires et/ou articulaires touchant les extrémités des membres, pouvant durer plusieurs semaines voire plusieurs mois. Une éruption cutanée ou encore des hémorragies bénignes telles saignement des gencives ou du nez sont également possibles, plus fréquemment chez l’enfant.

Notez qu’une personne qui a été infectée une fois acquiert une immunité pouvant durer plusieurs années, donc celles ci ne risquent pas de contracter à nouveau la maladie.

 1

Actuellement, 22 000 cas sont recensés à la Martinique, pour environ 2100 consultations. Une sensible augmentation est à noter, soit environ 200 cas par semaine, selon les ingénieurs en épidémiologie et la DVS2.

En Guadeloupe, l’augmentation est plus significative d’une semaine à l’autre et 5% de la population se trouvent touchés.

Concrètement, pour l’heure, le seul moyen de se soulager des maux causés par le chik demeure le paracétamol; cependant la prudence est fortement conseillée quant au dosage, surtout chez l’enfant.

L’efficacité de certaines plantes n’a pas été jusque là prouvée et la consommation de chlorure de magnésium, préconisé par beaucoup, peut entraîner l’apparition d’autres maux, surtout chez les personnes à risques. Il est donc important de consulter son médecin traitant.

En matière de prévention, pas moins de 26 jeunes ont été formés pour sillonner tout le territoire, dans le cadre du Service Civique, afin d’écouter et de conseiller la population.