Christine Lagarde en Jamaïque : «Le taux de chômage des jeunes dans la Caraïbe est parmi les plus élevés au monde»

Vues : 143

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, est arrivée en Jamaïque, mercredi 15 novembre pour le sixième Forum des Hauts responsables des Caraïbes et du FMI ,qui avait pour thème «Libérer la croissance et renforcer la résilience dans les Caraïbes»

A l’aéroport international Norman Manley.Le ministre des Finances et de la Fonction publique, Audley Shaw, l’ambassadeur aux Affaires économiques, le Dr Nigel Clarke, le Dr Uma Ramakrishnan, chef de la Division du FMI et l’ambassadeur Elinor Felix ont accueilli la Directrice du FMI

La conférence d’une journée organisée conjointement avec le gouvernement de la Jamaïque s’est déroulée à l’hôtel Jamaica Pegasus dans le New Kingston.

Différents dossiers étaient à l’ordre du jour durant cette unique séance de travail : «Le défi de la croissance des Caraïbes : criminalité et chômage des jeunes», la «Politique budgétaire et cycles politiques», le «Secteur financier : Compromis entre stabilité et croissance» et les «Défis et opportunités dans les Caraïbes».

Au terme de ce sixième Forum, la Directrice du FMI a noté que la croissance économique dans la région Caraïbe était faible depuis plusieurs décennies et que les économies des Caraïbes ont été frappées par des chocs externes, tels que les catastrophes naturelles et la perte des préférences commerciales internationales. En résumé, la croissance a également été affectée par des obstacles structurels » a noté Christine Lagarde comme : Le coût élevé de l’électricité dans la région, l’accès limité au crédit pour les ménages et les petites et moyennes entreprises, les taux élevés de crimes violents et un flux persistant de travailleurs hautement qualifiés ».

Selon la française Christine Lagarde, le chômage des jeunes dans les Caraïbes est parmi les plus élevés au monde, qui pour elle est un obstacle majeur à la croissance : « Le crime impose plusieurs coûts économiques, y compris les dépenses publiques pour la sécurité et le système de justice pénale, les dépenses privées pour la sécurité et les coûts sociaux de la perte de revenu due à la victimisation et à l’incarcération ».

La directrice générale du FMI a cité trois problèmes spécifiques qui doivent être résolus pour parvenir à une croissance soutenue : Le crime et le chômage des jeunes, la politique budgétaire et les cycles politiques, et le secteur financier.

Avant de repartir deux visites étaient programmées pour Christine Lagarde, la La directrice générale du Fonds Monétaire International (FMI), le campus Mona de l’Université des Antilles (UWI), et une rencontre interactive avec des étudiants.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook Twitter C’news Actus Dothy
Images JamaicaObserver/Lejecos


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *