Une application permet aux sourds de discuter avec tout public et en temps réel

Vues : 348

Une première pour les sourds et malentendants qui désormais ont une application qui permet de sous-titrer simultanément des échanges verbaux durant une conversation. Une opportunité pour les personnes déficientes de sortir de l’isolement et de la frustration. Selon une enquête les malentendants et les sourds ne récupèrent que « seulement 25% des informations quand ils lisent sur les lèvres ».

L’application se nomme Ava et c’est un ingénieur de 26 ans, Thibault Duchemin, PDG et co-fondateur de l’application qui l’a annoncé lors d’une conférence de presse à Paris. Après un test prometteur de six mois aux États-Unis, Ava a été officiellement lancée en France ce mercredi.

Même si le système doit être amélioré, reconnaît Thibault Duchemin , l’application Ava est une avancée car elle permet aujourd’hui de retranscrire par écrit sur les smartphones en moins d’une seconde, des « échanges verbaux » entre plusieurs personnes voire entre 12 interlocuteurs. Il faut pour cela télécharger l’application, se connecter en wi-fi via les smartphones ou les tablettes et parler très près des appareils et lentement.

Avec 5 heures gratuites par mois et un forfait mensuel illimité de 30 euros, « le système serait moins coûteux et plus facile à utiliser quand on sait, souligne Thibault Duchemin, qu’un interprète coûte « plus de 100 euros de l’heure ».

L’an dernier, l’application a fait une levée de fonds de 1,8 million de dollars auprès d’investisseurs. La start-up créée en 2014, compte parmi ses actionnaires le puissant fonds de capital-risque américain Partech Ventures.

Après les USA et la France, les fondateurs de la start-up, un Taïwanais sourd, Skinner Cheng, un Néerlandais, Pieter Doevendans, et Thibault Duchemin espèrent développer d’autres langues différentes. Un grand pas, une importante étape contre l’exclusion des sourds et des malentendants.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
ImagesTechCentral


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés