Contrats aidés : Opérations Molokoy et Villes Mortes ce lundi 18 septembre

Vues : 2481

Lundi, la mobilisation monte d’un cran, annonce l’unité syndicale et associative contre la suppression des contrats aidés. Par solidarité, avec la communauté éducative, l’ensemble des Maires de Martinique décide de fermer leur hôtel de ville ce 18 septembre 2017. Des perturbations sont à prévoir dans les établissements scolaires et les administrations.

Le snes-fsu indique que des opérations Molokoy seront organisées ce lundi 18 sur trois axes routiers de l’île. Le rendez-vous est donné dès 5:30 pour un départ à 6h00.

– Lamentin:  Place d’Armes sur le parking du Lina’s Café
– Ducos: rond point de Lapeyre sur le parking de bureau vallée
– Case Pilote,sur la place de l’église (bourg)

Ces 3 opérations convergeront vers la maison des syndicats pour ensuite se rendre à la préfecture.

L’association des maires de la Martinique s’est joint au mouvement. Plusieurs villes ont décidé de suivre l’opération Ville Morte menée ce lundi 18 septembre. Ecoles, Crèches, Lycées, Collèges risquent d’être fermés pour les communes qui y participent. Des perturbations dans les administrations sont également à prévoir. C’est le cas au Gros-Morne, à Trinité, Sainte-Marie, au Saint-Esprit, à Schoelcher, au Lorrain, Robert, aux Trois-Ilets ….

« Cette Opération « Ville Morte » a pour but de protester contre la décision du gouvernement de supprimer les contrats aidés qui contribuent au maintien d’un service public de qualité et à l’insertion professionnelle de plusieurs centaines de personnes privées d’emploi » précisent les maires.

L’Unité Syndicale et Associative Contre la Suppression des Contrats aidés exige:
– La réintégration immédiate des contrats aidés !
– La venue de la Ministre des Outre-Mer et de la Ministre du Travail ! –

Depuis une semaine la communauté éducative martiniquaise est en grève pour réclamer les 1000 contrats aidés dont l’Ecole a besoin pour fonctionner. De plus, le système éducatif est d’autant plus démantelé que les suppressions concernent aussi les associations qui interviennent dans les établissements scolaires !

L’Etat met nos jeunes martiniquais en danger :
– Impossible d’assurer la sécurité avec 1 surveillant pour plus de 200 élèves !
– Impossible d’assurer la sécurité quand les équipes de médiation disparaissent !
– Impossible de maintenir l’hygiène quand les contrats aidés de la Collectivité Territoriale ne sont pas renouvelés !
– Impossible d’assurer l’accueil et la demi-pension !
– Impossible d’assurer l’accompagnement des élèves en situation de handicap sans AESH !
– Impossible d’assurer le travail administratif sans aide à la direction d’école!
– Impossible de cautionner qu’un département où il y a plus de 20% de chômeurs perdent 540 emplois !

– Impossible de cautionner que 540 familles plongent brutalement dans la précarité !
– Impossible de maintenir la cohésion sociale quand les associations se voient amputées de leurs contrats aidés !
C’est pourquoi l’intersyndicale, les parents d’élèves et associations refusent la mise à mort du système éducatif martiniquais et la destruction du tissu social déjà extrêmement fragile !

Nous refusons d’assister sans réagir
à la désintégration du monde éducatif et associatif !
Nous exigeons :
– La réintégration immédiate des contrats aidés !
– La venue de la Ministre des Outre-Mer et de la Ministre du Travail ! –

Nous appelons toute la population à se joindre massivement à la mobilisation Lundi 18 septembre à partir de 10 heures à la maison des syndicats !
Nou pa ka moli ba yo !!!