Contrats aidés : vers la fin du conflit ? Le préfet se penche sur la plateforme de la délégation syndicale


Publié dans : Martinique
Mots clés :
Vues : 963

C’’est l’image du jour qui suscite tous les espoirs de tous bords vers la fin de la mobilisation contre la suppression des contrats aidés.

Une délégation d’une quinzaine de représentants de l’Unité Syndicale et Associative arrivant à la préfecture, protocole de fin de conflit en main, destiné à être soumis au préfet de Martinique Franck Robine.
Le texte a été longuement élaboré à la maison des syndicats à Fort de France une fois que les trois cortèges qui ont mené la nouvelle opération molokoy sont arrivés sur place en fin de matinée.

Les négociations ont commencé par mail et par téléphone.
Voici les trois premiers points de la plateforme lu par mégaphone à la mi journée à l’ensemble des personnes présentes dans la mobilisation :
Voici quelques unes des mesures essentielles de cette plateforme que nous avons synthétisées.

Les personnes employées dans le cadre des emplois aidés seront maintenues dans leurs emplois jusqu’à la mise en place de dispositifs plus satisfaisants au regard de la pérennisation de ces emplois .

Il faut l’ouverture de négociations immédiates pour identifier, analyser, les besoins et moyens afin de garantir leurs mises en oeuvre.

Les fonctions et missions accomplies par ce personnel relevant de l’Éducation Nationale, des collectivités, et des associations, et Etablissements publics de l’Etat seront maintenues et les structures bénéficieront au minimum des mêmes moyens prescrits en 2016.

Les parties conviennent que tout sera fait pour avancer dans le processus de pérennisation des emplois concernés.

Les taux de prise en charge par l’Etat de ces contrats reste inchangé sauf disposition plus favorable.

Le matin, une nouvelle opération Molokoy a eu lieu sur les axes principaux de Martinique toute la matinée pour exiger le maintien des contrats aidés.
Les usagers de la route pris au piège n’ont pas eu d’autre choix que de prendre leur mal en patience dans les énormes bouchons qui se sont formés dans le sillage des voitures des manifestants en provenance de Ducos, Lamentin et Case-Pilote.

Le matin, la ministre de l’outremer Annick Girardin annonçait que les contrats aidés, pourvus cette année, seront maintenus en 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *