Crimes policiers aux USA : retour sur une semaine sanglante

Vues : 113
dallas

Le climat est à nouveau tendu aux États-Unis, après la mort de deux noirs, Alton Sterling à Bâton-Rouge et Philando Castile à Falcon Heights, tués par la police à deux jours d’intervalle. Une fusillade contre des policiers lors d’un rassemblement à Dallas pour protester contre les violences policières a fait au moins cinq morts jeudi 7 juillet.

Le 5 juillet dernier, Alton Sterling, 37 ans, est abattu à bout portant par la police de Bâton-Rouge (Louisiane, USA). Suite à un témoignage anonyme par téléphone d’un individu qui déclarait avoir été menacé par un homme armé, les forces de l’ordre se rendent devant le commerce. Alton Sterling vendait des CDs dans la rue, avec l’autorisation de la supérette devant laquelle il se tenait. Après l’avoir plaqué au sol pour refus d’obtempérer, les policiers s’aperçoivent qu’il porte une arme à feu sur lui – la Louisiane autorise le port d’armes. À la vue du pistolet, un des policiers tire plusieurs coups de feu, dans sa poitrine et son dos. Une vidéo amatrice montre une partie du déroulement des faits. Selon le témoignage du gérant du petit commerce, Alton Sterling ne tenait pas l’arme au moment des faits, et ses mains n’étaient pas proches de ses poches.

Le lendemain soir, Philando Castile, 32 ans, est tué dans la banlieue de Minneapolis (Minnesota, USA) au cours d’un contrôle routier, sous les yeux de sa compagne et sa fille âgée de 4 ans. Arrêté pour un feu de croisement détérioré, ce gérant de cantine d’une école Montessori à St Paul était assis à la place du conducteur. Répondant aux demandes contradictoires du policier, qui lui ordonne à la fois de lever les mains en l’air et de lui montrer sa carte d’identité, Philando Castile lui explique qu’il compte sortir son portefeuille et sa carte d’identité de sa poche. Il mentionne alors qu’il détient aussi une arme sur lui, dont il possède le permis. Le policier lui tire alors quatre fois dessus. Philando Castile succombe à ses blessures dans l’ambulance qui le conduit à l’hôpital. La scène a aussi été filmée par sa compagne, en utilisant le module Facebook Live. D’une durée de 8 min, elle a été vue plus de 1,7 million de fois.

Suite à ces deux crimes policiers, jeudi 7 juillet une fusillade a éclaté lors d’un rassemblement pacifique en commémoration des deux victimes à Dallas. Un tireur isolé avait fait 5 morts et 7 blessés parmi des officiers de polices blancs qui encadraient la manifestation.

La mort de plusieurs Afro-Américains, tués par la police ces dernières années, a ravivé les tensions raciales aux États-Unis, suscité de nombreuses manifestations qui ont parfois dégénéré en émeutes, et amené à la création du mouvement #BlackLivesMatter (« Les vies noires comptent »).

Depuis le début de l’année 2016, environ 123 Afro-Américains ont été tués par la police américaine. C’est bien plus que le nombre de noirs lynchés en dehors de tout procès par des Blancs chaque année durant la ségrégation, qui s’élevait alors à une moyenne de 38 meurtres, selon le magazine américain Quartz.

À Paris, un rassemblement en hommage d’Alton Sterling, Philando Castile et toutes les victimes de crimes policiers est organisé en ce moment même, rue d’Aubervilliers dans le 19e arrondissement.

 

Texte : Mickaël Léonce
Photo : AFP Laura Buckman