CTM : 2ème jour de grève et réaction d’Alfred Marie-Jeanne

Vues : 1840

Le mouvement de grève entamé hier (14 avril) au sein de la CTM continue ce jeudi 15. Établissements scolaires et bâtiments administratifs de la CTM resteront cadenassés, les barricades ne bougeront pas, les syndicats sont installés. La réaction du président du Conseil exécutif de la CTM ne s’est pas faite attendre.

Depuis hier, cinq syndicats ont mobilisé une partie du personnel de la CTM pour une grève illimitée. Un mouvement important qui a bloqué de nombreux établissements scolaires mais également des bâtiments administratifs dont l’ex Conseil Général. A Plateau Roy, le siège de la Collectivité Territoriale de Martinique a connu le même sort. Les syndicats réclament en premier lieu une clarification et surtout le maintien des contractuels. La collectivité n’aurait toujours pas remis aux syndicats la liste des agents qui sont actuellement sous contrat et qui seraient invités à partir.

Hier, aucune rencontre n’a eu lieu entre les syndicats et les élus. Même si ces derniers affirment rester ouverts à toutes négociations. Le président du Conseil exécutif de la CTM, Alfred Marie-Jeanne s’est exprimé à travers un communiqué. Il dénonce ce coup de force des syndicats mais promet des discussions afin de trouver des solutions.

« Notre majorité a démontré qu’elle était ouverte aux négociations et partisane du dialogue social qui ne saurait cependant se dérouler sous la contrainte, d’où qu’elle vienne. Notre Majorité est consciente que le personnel de la CTM a des attentes légitimes et aspire au respect, à la justice et à l’amélioration substantielle de ses conditions de travail que nous nous sommes engagés à changer. Nous tiendrons nos engagements… Le libre accès doit être assuré afin de garantir aux Martiniquais la continuité du service public. L’accès de tous les établissements publics (notamment les collèges et lycées) de la Collectivité Territoriale de Martinique doit être décadenassé afin que les conditions du dialogue soient enfin réunies et les attentes légitimes du personnel prises en compte. »

Pour l’instant les syndicats n’ont pas répondu. Les négociations sont au point mort, mais peut-être qu’aujourd’hui les deux parties pourront enfin discuter afin de trouver des solutions. Cette situation est un coup dure pour la CTM qui connait des débuts difficiles avec des comptes déficitaires, des problèmes de paiement des salaires et aujourd’hui cette première grève du personnel qui intervient  moins de 4 mois après la création de la collectivité. A.G

Ci-dessous l’intégralité du communique, d’Alfred Marie-Jeanne, Président du Conseil Exécutif de la CTM :

Le mercredi 13 avril, très tôt, des lycées et des collèges ont été bloqués, privant des milliers d’élèves d’enseignement. Les sites de la Collectivité Territoriale de Martinique (CTM) ont été cadenassés par certains syndicats ayant appelé à une grève illimitée, malgré les négociations entamées.

Ni le personnel non-gréviste, ni les usagers n’ont pu y accéder.

Ni l’Assemblée, ni le Conseil Exécutif, démocratiquement élus par le peuple martiniquais, en charge des affaires du pays, ne peuvent se réunir.
C’est donc une paralysie politique du pays qui est organisée.

Ainsi des milliers de dossiers concernant des Martiniquais de toutes conditions, et surtout les plus humbles, sont empêchés d’être traités.

Notre majorité a démontré qu’elle était ouverte aux négociations et partisane du dialogue social qui ne saurait cependant se dérouler sous la contrainte, d’où qu’elle vienne.

Notre Majorité est consciente que le personnel de la CTM a des attentes légitimes et aspire au respect, à la justice et à l’amélioration substantielle de ses conditions de travail que nous nous sommes engagés à changer. Nous tiendrons nos engagements.

Il est en même temps de notre responsabilité de maintenir les grands équilibres budgétaires permettant d’assurer l’avenir de notre personnel et le développement de nos politiques, dans l’intérêt même de notre pays.

Si les aspirations des agents de notre collectivité doivent être respectées, tout comme le droit de grève, il importe de dénoncer les manœuvres de ceux qui n’acceptent pas le verdict des urnes et cherchent à entraver notre action par tous les moyens.

Le libre accès doit être assuré afin de garantir aux Martiniquais la continuité du service public. L’accès de tous les établissements publics (notamment les collèges et lycées) de la Collectivité Territoriale de Martinique doit être décadenassé afin que les conditions du dialogue soient enfin réunies et les attentes légitimes du personnel prises en compte.

Martinique, Le 13 avril 2016

Alfred MARIE-JEANNE

Président du Conseil Exécutif de la Collectivité Territoriale de Martinique

Photo : Facebook