CTM : « La fusion » au coeur des débats

Vues : 949

Depuis l’annonce de la fusion des listes de Yan Monplaisir et d’Alfred Marie-Jeanne, les reactions se sont multipliées sur tout le territoire. Pour ou contre, cette alliance du second tour a marqué les esprits. 

« Une vaste blague », « une alliance malsaine », « le mariage de la honte » d’un coté et « un choix audacieux », « une alliance nécessaire », « la solution pour renouveler la politique » de l’autre. Qu’ils soient positifs ou négatifs les commentaires ne manquent pas pour qualifier cette fusion.

Du côté d’EPMN on appelle au scandale et au boycott. Mardi soir lors d’un meeting improvisé à la dernière minute Serge Letchimy a lancé un appel aux Patriotes et aux partisans de droite. Il estime que les deux dirigeants ont trahi les valeurs portés par leurs partis respectifs. Samuel Tavernier de Nou Pep La, tient à souligner son engagement auprès de Marcelin Nadeau. Il appelle clairement « les martiniquaises et les martiniquais à se mobiliser pour le 2e tour de l’élection à la CTM pour faire échec à Serge Letchimy et EPMN » alors que sa tête de liste n’a donné aucune consigne de vote. Même au sein de Ba Péyi-a An chans la revolte de certain gronde. Violene Diaz, adjointe au maire de Sainte-Marie était sur la liste de Yan Monplaisir mais depuis la fusion elle n’y ait plus. Elle affirme qu’il faut reconstruire la droite.

Les principaux intéressés, Alfred Marie-Jeanne et Yan Monplaisir font le tour de leurs partisans pour expliquer ce choix. Si la nouvelle a choqué au début, des deux côtés la réaction est généralement positive. Claude Copel, membre du comité de soutien à Yan Monplaisir promet de respecter la consigne de vote donnée par Ba Péyi-a An Chans. Du côté du Gran Sanblé, des réactions positives comme celles de Claude Lise ou encore Danièle Marie-Sainte soulignent l’intérêt de cette alliance. Autre réaction positive celle de Baudoin Lafosse-Marin, homme d’affaire et ex-président du directoire de la SMHLM qui souligne l’opportunité saisie par la droite pour être vraiment représentée à l’assemblée unique. Il parle de postes à la Commission Exécutive, des postes de vice-présidents ou encore des postes de Président de Commissions.

Il est clair que les avis restent partagés, si les consignes de vote étaient respectées par tous le Gran Sanblé pou ba péyi-a an chans arriverait en tête. Entre l’abstention massive et les réactions de chacun, personne ne peut savoir vraiment qui sortira vainqueur ce dimanche 13 décembre.

A.G