CTM : La présidence remise en cause devant la justice

Vues : 4129

C’est Alfred Marie-Jeanne, lui-même, qui a révélé l’information, il y a quelques jours, lors de l’émission « Le mot du MIM » sur la radio RLDM. Sa liste et celle de Letchimy ne respectaient pas la parité, selon un membre du MODEMAS.

Marcel Bourgade de NOU PEP LA et également mandataire du MODEMAS a déposé deux requêtes devant le Conseil d’Etat. Une contre le préfet de la Région Martinique et l’autre contre Serge Letchimy. Dans la première requête, il demande que les élections soient annulées car deux listes n’ont pas respecté la parité : EPMN et GRAN SANBLE (devenu GRAN SANBLE POU BA PEYI-A AN CHANS). Les deux listes comptaient 31 femmes pour 33 hommes.

Suite à cela Alfred Marie-Jeanne a réagi en accusant le PPM/EPMN de s’être allié avec NOU PEP LA et/ou le MODEMAS pour le faire quitter la présidence de la CTM. Il a rendu l’information publique sur les ondes de RLDM. Le procureur Eric Corbaux est aussi cité comme un des acteurs de ce « complot ».

Ces accusations ont entrainé la réaction de Marcelin Nadeau, porte-parole de NOU PEP LA. Ce dernier précise :

« Marcel Bourgade n’a pas agi au nom de NOU PEP LA, mais en tant que citoyen libre qui s’intéresse à la politique et au respect des lois concernant les élections et ce, dès le 27 novembre 2015, par une requête auprès du Tribunal Administratif de la Martinique (dossier n° 1500628-0). Toutefois, son recours n’aura pas pour conséquence l’annulation des élections puisque la loi ne prévoit que des pénalités financières conséquentes pour ceux qui ne s’attachent pas à respecter la parité hommes-femmes sur leurs listes »

Ci-dessous l’intégralité du communiqué de Nou Pep La :

« Suite aux déclarations faites par le président de la CTM Alfred MARIE-JEANNE le 22 janvier 2016 sur la radio RLDM, déclarations reprises sous le titre « Nou Pep La et le PPM main dans la main…) par le site MONTRAY KREOL, reprises également sous le titre « Le MODEMAS s’allie au PPM pour demander…» par le site WEST INDIES NEWS le 23 janvier 2016, accusations relayées également sur les réseaux sociaux, NOU PEP LA, en la personne de son porte-parole Marcelin NADEAU tient à informer les Martiniquais que :

• NOU PEP LA est un groupe politique nouveau, autonome et non aux ordres de ses différents alliés et sympathisants.

• NOU PEP LA comme tout groupe politique a la prétention de représenter une frange de la population électorale martiniquaise : toutes les attaques sur les origines sociales ou professionnelles de ses adhérents ne sont que pure démagogie ! Va-t-on se préoccuper de cela pour les autres groupes ?

• NOU PEP LA, dans l’entre-deux tours, a refusé de faire alliance avec les listes encore en présence en dépit de nombreuses sollicitations. NOU PEP LA a laissé chaque adhérent agir en son âme et conscience lors du deuxième tour, aucune consigne de vote n’ayant été donnée.

• NOU PEP LA, durant toute la campagne électorale, a eu une attitude digne, se refusant à attaquer quiconque sur son programme ou ses déclarations : NOU PEP LA a cherché à faire connaître son propre programme. HAUTEUR ET DIGNITE ont été le mot d’ordre du groupe. Il ne s’agit en aucun cas de « silence complice ».

• Marcelin NADEAU n’a jamais sollicité le soutien de Serge LETCHIMY pour occuper le poste de présidence de l’Agence des 50 pas géométriques ; poste qu’il n’occupe pas à ce jour.
Serge LETCHIMY a été saisi dans le cadre d’une procédure connue.
Par contre, Marcellin NADEAU a été proposé et soutenu pour ce poste par de nombreux élus martiniquais appartenant à l’actuelle majorité, Eugène LARCHER, Joachim BOUQUETY et bien d’autres…

• Le 4 décembre 2015, à rivière Pilote, durant la campagne, un individu a tenté de porter atteinte à Marcellin avec son véhicule – tentative d’intimidation dangereuse-, mais Marcellin NADEAU n’a pas tenu à en faire cas, préférant y voir un acte individuel plutôt qu’un acte mandaté par un groupe « …mwen pa ka mélé moun épi group politik… »

• Marcel BOURGADE n’a pas agi au nom de NOU PEP LA, mais en tant que citoyen libre qui s’intéresse à la politique et au respect des lois concernant les élections et ce, dès le 27 novembre 2015, par une requête auprès du Tribunal Administratif de la Martinique (dossier n° 1500628-0).
Toutefois, son recours n’aura pas pour conséquence l’annulation des élections puisque la loi ne prévoit que des pénalités financières conséquentes pour ceux qui ne s’attachent pas à respecter la parité hommes-femmes sur leurs listes.

En somme, toutes ces attaques gratuites n’ont qu’un but : déstabiliser une force montante et gênante sur l’échiquier politique martiniquais si bien huilé « On veut nous entrainer dans une logique de cancans… » et insidieusement installer le doute dans l’esprit de toutes celles et tous ceux qui croient, comme NOU PEP LA, en une autre politique Vivante, Ecologique, Citoyenne, et Solidaire.
Comme ces « gens là » (sites internet, radios,…) ne font preuve d’aucun humanisme intellectuel, NOU PEP LA se réserve le droit d’avoir recours à tous les moyens juridiques pour rétablir la vérité et mettre un terme à ces attaques de tous bords.

Le 24 janvier 2016
Marcellin NADEAU, maire du Prêcheur, porte parole de NOU PEP LA »

A.G


1 commentaires :

  1. paindoux

    ….et ça commence !! et patiti et patata
    Décidément, on ne change pas une « équipe qui gagne ». La Martinique avance, stagne ou recule ??

Les commentaires sont fermés