Inquiétudes pour des enfants martiniquais en Syrie

Vues : 12136
IMG-20160608-WA0002

Iraqi News a révélé dimanche 24 juillet cette information, reprise ce matin dans la presse française. En Irak, elle s’enfuyait, en représailles, une famille entière a été brûlée vive dans la région occupée par l’organisation islamique (Daesh).

Moaz-al-Kasasbeh-who-was-detained-by-ISIS-was-burned-alive.

Un couple et son enfant se sont échappés du village de Rashad où ils étaient domiciliés.
Le mari, la femme et leur bébé de 2 ans cherchaient à quitter la zone occupée et passaient à travers les montagnes quand ils ont été rattrapés par Daesh.
Les soldats de l’organisation islamique, les ont capturé tous les trois.
Arrêtés, ils ont été mis en cage et brûlés vifs devant les habitants.

On comprend l’inquiétude de Khalid, le père des enfants nés de son union avec une martiniquaise.

Depuis sa résidence à Garges-Lès-Gonesses, au quartier les Doucettes, au téléphone, il nous a fait part de son grand découragement au mois de juin dernier. La mère de ses cinq enfants est partie en mars 2015 pour la Syrie et depuis les informations qui filtrent ne sont pas toutes rassurantes.

IMG-20160608-WA0003
Un des jeunes enfants celui âgé d’une dizaine d’années, a même tenter de quitter la région où il a été emmené malgré lui. En enfourchant un vélo il pensait rentrer en France rejoindre son père. Grâce aux réseaux sociaux les enfants restent faiblement en contact avec la France.

IMG-20160608-WA0004

Selon Paris Match (21-05-2016), c’est la toute première fois qu’une femme prend le contrôle d’un départ pour la Syrie. A part le jeune Halim, tous les autres sont partis avec la martiniquaise de 41 ans. Parmi les cinq enfants « partis » faire le djihad, le petit Mohammed a 4 ans, Zinédine, une fille de 9 ans handicapée mentale et moteur, l’aînée a 16 ans.

Le-djihad-en-famille

Khalid, aidé de l’association « Brigade des mères » et de ses proches, ne se décourage pas, s’il doute quelquefois et pleure, Khalid le père croit au retour de ses petits, martiniquais, sénégalais et français. Mais, il demande une attention plus fructueuse de l’Etat pour faire sortir ses enfants très vite de Syrie.

Dorothée Audibert-Champenois
PhotosIraqiNews


1 commentaires :

  1. Lutin

    Y a un proverbe qui dit a force de jouer avec les chiens on attrape des puces…
    Je veux bien croire que l’islam ne soit pas foncierement mauvais mais y a des choses a revoir.

Les commentaires sont fermés