La martiniquaise Carole Alexis, dirige une prestigieuse Académie de danse aux USA

Vues : 1053
Screen-Shot-2015-03-01-at-1.45.20-PM1

Carole Alexis, est d’origine martiniquaise, danseuse, chorégraphe et musicienne, diplômée avec mention à l’Ecole Maurice Béjart.

CAROLE OK

Depuis ce jeudi 13 juillet, l’antillaise et ses danseurs et danseuses participent à un des plus anciens Festivals de danse à New-Port. Un événement créé il y a plus de quatre siècles. Le Great Friends Dance Festival a commencé ce jeudi, il se termine le samedi 23 juillet. L’évènement a lieu au Great Friends  Meeting House à Rhode Island.

Screen-Shot-2016-01-08-at-11.40.51-AM-1170x785

Carole Alexis a présenté  hier, samedi trois spectacles préparés avec les danseurs du Ballet des Amériques. Trois représentations dont elle a assuré la chorégraphie : Legba, Evocations et la Douceur de Carmen. Ses créations sont des compositions multi-ethniques et multi-culturelles. Elle puise son enseignement chez les trois fondateurs du mouvement de la Négritude, Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor et Léon Gontran Damas.

ok ok

Son Académie de danse est ouverte à Port Chester dans l’État de New-York. Depuis quelques mois Carole Alexis figure dans de nombreux magazines qui louent son talent de pédagogue et d’artiste.  Le magazine Greenwish Press l’a rencontrée en début d’année, l’occasion pour l’ancienne élève de Maurice Béjart de présenter son Ballet des Amériques et d’expliquer sa passion de la danse. Elle a obtenu de nombreux prix durant sa carrière de danseuse, on retiendra le Premier Prix Minolta Danse pour l’Image. Carole Alexis a été au centre d’un documentaire réalisé par Jean-Paul Césaire : « Danse Come With Me« .

264021_10150253556339600_7673794_n

Zoom sur une vie d’artiste pas comme les autres.

Carole Alexis est bretonne et martiniquaise, dès l’âge de 9 ans, elle évolue dans les ateliers de danse au Sermac. Le Sermac, un Centre culturel créé à l’initiative du poète-écrivain et homme politique Aimé Césaire. La jeune Carole déterminée à être danseuse, part pour l’Ecole Béjart (La Mudra Maurice Béjart)  à Dakar. Elle retourne à Paris poursuivre ses études et à 17 ans, Carole Alexis retourne une nouvelle fois à la Martinique, où au Sermac, elle présente plusieurs spectacles pluridisciplinaire. Puis retour en métropole pour une carrière professionnelle. Aujourd’hui elle vit à New-York.

ttttt

En juillet 2011, Carole Alexis ouvre son École de danse elle la baptise Ballet des Amériques. Au sein de l’Académie de danse : une Ecole de ballet pré-professionnelle et une Compagnie de danse professionnelle. La Franco-martiniquaise embauche six professeurs de danse, un professeur de musique et une pianiste pour les cours de danse classique.

Son objectif, associer les rigueurs de la danse classique aux autres facettes des arts de la scène. Pour la danseuse antillaise, il s’agit d’offrir aux élèves une formation de très haut niveau, et de former et guider les élèves à devenir des artistes complets.
Son école est aujourd’hui reconnue pour sa rigueur et son enseignement. Au sein du Ballet des Amériques, de futures étoiles sont en préparation. Les élèves de Carole Alexis sont acceptés chaque été depuis maintenant trois ans, à intégrer des stages qui se déroulent dans la prestigieuse école de l’Opéra de Paris.

1004099_10151751128364600_2101584594_n

Fondé et créé par Carole Alexis, le Ballet des Amériques, est une école de de formation professionnelle. Elle y enseigne les techniques de ballet (danse classique), de la petite enfance à la fin de l’adolescence.
L’institution de danse complète la formation des danseurs par l’apprentissage musical, en ce sens elle rejoint l’esprit américain pluridisciplinaire. Les quarante élèves du Ballet des Amériques reçoivent en plus de leurs cours de danse classique, des cours de solfège, des cours de musique, d’histoire de la danse classique et moderne et aussi des cours d’anatomie du corps.
Pour être admis dans cette école complète de danse la sélection se fait sur audition.

983832_10151637527964600_1065906549_n

Carole Alexis intègre régulièrement des stages pour la découverte des autres formes de danse, des cours de théâtre et de yoga à ses cours initiaux.

La chorégraphe, danseuse, musicienne et chanteuse espère également créer un charter school, l’école offrirait aux élèves admis, une formation scolaire associée à une formation artistique.

The Great Friends Dance Festival se termine pour le Ballet des Amériques. Dès demain les cours reprendront ainsi que les répétitions pour la Compagnie de danseurs.

Dorothée Audibert-Champenois
Photos Facebook