Déchéance de la nationalité : George Pau-Langevin « tacle » François Hollande

Vues : 735

La Ministre d’Outre-mer, George Pau-Langevin est une femme qui ose. Elle a des valeurs qui sont le fondement de son engagement et de son combat depuis de longues années. Et elle le prouve. Le Canard enchaîné du 30 décembre 2015 souligne le caractère audacieux de la Ministre.

Le 23 décembre, au Conseil des Ministres, George Pau-Langevin qui est opposée au projet de déchéance de la nationalité, « contraire aux valeurs de la Gauche » dit-elle, reste surprise quand le Président Hollande annonce le maintien de ce projet de loi Constitutionnel. Une de ses propositions durant son discours au Congrès de Versailles le 16 Novembre 2015. Ce projet de loi qu’annonce François Hollande a pour but de déchoir les bi-nationaux qui représenteraient un risque pour la sécurité du Pays.

Malgré le malaise ambiant, c’est La Ministre de l’outre-mer qui a eu le courage d’opposer sa voix à celle du Président ce jour-là : « Monsieur le président, je voudrais faire remarquer ici qu’un certain nombre de dispositions de ce texte trouble nombre de mes amis. La gauche est très attachée à cette valeur. Il fallait que cela soit dit » . Sur quoi François Hollande lui aurait répondu : « Je le sais, je le comprends et j’assume cette difficulté ».

Sur ce dossier, George Pau-Langevein reste constante. On se rappelle la réaction vive de la députée sur le fichage des bi-nationaux, c’était en 2011 à l’Assemblée Nationale. Face à Mr Claude Goasguen (UMP) qui suggérait déjà la limitation de la bi-nationalité (ils participaientt tous les deux à une mission d’information sur la nationalité ), ferme et convaincante en Commission, voilà ce qu’elle lui répondait : « Il s’agit là encore de jouer sur certaines peurs et de diviser les Français. En proposant la création d’un registre des bi-nationaux, il (Claude Goesguen) cherche à renouer avec la logique du fichage ».

Depuis, les choses ont évolué et ce n’est plus la Droite qui porte ce projet mais le Président François Hollande qui défie presque toute la gauche, sa famille politique. Car en touchant à la bi-nationalité, le président remet en cause le Droit du sol, une des valeurs fondatrices de la Gauche en France.

Dorothée Audibert-Champenois