Deux jeunes martiniquais tentent leur chance pour devenir médecin militaire

Vues : 944

Deux jeunes martiniquais ont passé leurs épreuves écrites d’entrée à l’Ecole de Santé des Armées au centre médical interarmées de Martinique le 13 avril dernier. Les résultats sont attendus fin mai pour savoir s’ils sont retenus pour les oraux. Un cursus scolaire original : l’Ecole de Santé des Armées pour devenir médecin militaire.

Mercredi 13 avril 2016, deux jeunes de Martinique ont passé leurs épreuves écrites du concours d’entrée de l’Ecole de Santé des Armées (ESA). Agés de 18 et 19 ans, Adrien et Edven ont choisi de tenter leur chance pour devenir un médecin pas comme les autres : un médecin militaire !

medecin-militaire-faa-a

C’est donc à la direction interarmées du service de santé (DIASS) que les deux candidats ont passé, après une sélection faite sur visite médicale, leurs écrits. L’examen étant national, les candidats martiniquais motivés ont dû répondre à 4 épreuves de 02h00 à 12h00, simultanément avec la métropole. Elles portaient sur les matières scientifiques comme les mathématiques, la physique-chimie et les sciences de la vie et de la terre, mais comprenaient aussi une composition de français.

Les résultats sont attendus pour le mois de mai 2016. S’ils sont retenus, Adrien et Edven rejoindront la métropole pour la dernière phase de sélection avant d’intégrer l’Ecole de Santé des Armées de Lyon : l’épreuve orale devant jury.

medecin-militaire-faa-c

Edven explique son choix comme étant une aventure humaine enrichissante, car l’armée lui permettra de participer avec les associations telles la Croix Rouge. Pour Adrien, à cette expérience s’ajoute le goût du patriotisme et l’aide apportée aux blessés de guerres que ce soit civils ou militaires.

Les deux candidats, malgré leur jeune âge, ont conscience du danger des zones de conflits mais justement cela leur donne une motivation supplémentaire de s’engager auprès de ceux qui auront besoins de leur aide. Si Adrien connaît un peu le milieu militaire par le métier de son père gendarme qui a pu le conseiller sur son cursus, Edven s’est senti appelé lors du visionnage du défilé du 14 juillet à la télévision. Les explications du métier de médecin militaire lors du passage du corps médical l’ont tout de suite interpelé.

Repère :
Aux Antilles, le service de santé des armées (SSA) est placé sous l’autorité d’une direction interarmées du service de santé (DIASS) installée sur Fort-de-France sur le Morne Desaix. Il comprend la direction proprement dite ainsi que deux centres médicaux interarmées (CMIA) – un en Martinique et un en Guadeloupe – auxquels ont été rattachées deux antennes médicales implantées dans les régiments du service militaire adapté (RSMA) de Martinique et de Guadeloupe.

Le service de santé des armées (SSA) a pour cœur de métier le soutien médical de l’armée de Terre, de l’armée de l’Air, de la Marine et de la Gendarmerie, en toutes circonstances et en tous lieux, pour offrir aux blessés la meilleure chance de survie et de récupération fonctionnelle. Cette mission débute avec la préparation médicale du combattant, intègre les soins aux militaires blessés ou malades et s’étend aux soins de suite et de réhabilitation, jusqu’à la réinsertion professionnelle et sociale.

Pour en savoir plus :
L’école de santé des armées (ESA) assure la formation initiale, militaire et générale, des élèves officiers de carrière, futurs médecins, pharmaciens, vétérinaires et chirurgiens-dentistes des armées. Durant leurs six années de présence à l’école, les élèves suivent le même cursus universitaire que leurs camarades civils : cours magistraux, travaux pratiques, stages dans les hôpitaux de Lyon. Parfaitement intégrés au milieu universitaire et hospitalier, ils participent à toutes ces activités en uniforme. Pour les autres années d’étude, le soutien repose sur des enseignements et contrôles continus, en particulier en sixième année, celle des épreuves nationales classantes, dont la préparation inclut un cycle de conférences hebdomadaires. Le rang de classement à ces épreuves conditionne le choix de la spécialité de médecine générale ou d’une spécialité hospitalière. Les élèves de l’ESA suivent également une formation militaire d’officier. Elle commence dès l’entrée à l’école par un stage militaire. Tout au long de leurs études, les élèves suivent des enseignements pratiques et des stages dans les unités des forces armées (air, mer, terre) et de la gendarmerie. Pour en savoir plus : www.defense.gouv.fr/sante/ onglet « Devenir médecin ou pharmacien militaire » !

Plus d’infos sur www.defense.gouv.fr/sante

Crédits Photos : E.Mocquillon – Marine nationale


1 commentaires :

  1. Paco

    On ne peut leur souhaiter que de réussir et d’avoir une belle carrière de médecin militaire…Félicitations à ces jeunes pour ce choix peu courant..

Les commentaires sont fermés