« Di Mwen » : La chanteuse Doriane Velasques se confie

Vues : 1683

Doriane Velasques est une jeune et talentueuse chanteuse martiniquaise de zouk. Son dernier single, « Di Mwen » est sorti le mois dernier et elle a choisi de nous en parler. « Di mwen reflète la réalité de beaucoup de couples. Au fil du temps, la routine s’installe et laisse souvent place à des incompréhensions, à un manque de dialogue.  » déclare Doriane. Elle nous dévoile ses coups de coeur, s’exprime sur le zouk actuel et « d’avant », elle raconte également son parcours pas toujours facile, dans l’univers de la musique … interview !

Doriane ton nouveau single “DI MWEN” vient de sortir, peux tu nous en parler ?

« Di mwen » reflète la réalité de beaucoup de couples. Au fil du temps, la routine s’installe et laisse souvent place à des incompréhensions, à un manque de dialogue. Ce thème m’a beaucoup inspiré. Je travaille depuis un petit moment avec Kevin Duchel, un jeune musicien et programmateur de talent, on partage les mêmes idées musicales et voici le résultat. Nous avons la chance de travailler avec une équipe très dynamique et pleine d’idées, dont Goprod qui a réalisé le clip du titre. C’était important pour moi d’avoir un clip très parlant, qui met bien en scène les paroles de la chanson et qui inspire le public.

Doriane qu’elle est ton parcours musical ?

J’ai commencé à chanter à l’âge de 9 ans. J’ai participé à de nombreux concours de Chanson Créole, il s’agissait plutôt de musiques traditionnelles et j’ai remporté de nombreux prix. Cela m’a ouvert pas mal de portes car j’ai été sollicitée pour plusieurs grands concerts. A 15 ans, j’ai eu la chance de faire l’ouverture de la Cérémonie des Prix Sacem, et c’est là que j’ai été repérée par des producteurs de WD Production qui m’ont proposée de chanter du zouk. J’ai posé ma voix sur la compile Lov’ Zone 2, avec un titre appelé « Rebelle » écrit par Didier Sifflet. C’était le début de l’aventure ! Il y a eu ensuite le concept « Subtil » avec Naya que l’on a connu avec le titre « Si mwen té sav » qui a eu beaucoup de succès. Après cela, en 2008, la production a décidé de me faire un album solo. C’est le 1er titre « Près de toi » qui m’a vraiment fait connaître du grand public. Sur cet album, on a pu voir mon univers musical qui est très éclectique, avec des featurings divers (Byron’, Valley, Marcé…). Ensuite, j’ai posé sur plusieurs compiles des titres composés par différents artistes : Moïse Neret (Master MX) avec le titre « Touché mwen kon avan », Jean-Marie Ragald « C’est mieux comme ça » qui a d’ailleurs marqué le début d’une très bonne collaboration avec Chabine Prod, un duo avec JFP « Mélody Lanmou »composé par Steeve Pierre-Louis, « J’aimerais » par Stéphane Moreau. Et plus récemment « Toi » et Di mwen » avec Kevin Duchel.

As-tu eu un artiste qui t’a influencé ?

Depuis très jeune j’ai toujours écouté et chanté différents styles musicaux. Je chantais autant du Eugène Mona que du Céline Dion, du Mariah Carey comme du Jocelyne Béroard. Car le but pour moi était de pouvoir tout chanter. Dans le zouk féminin Tanya St Val, Edith Lefel et Princess Lover m’ont beaucoup influencée. Côté masculin j’aime énormément Gilles Floro. A l’international, ça toujours été Whitney Houston et Beyoncé.

doriane-pascalin

Que penses tu du zouk actuel ?

Le zouk, comme beaucoup d’autres musiques, évolue avec le temps. Perso, j’aimais beaucoup le zouk qui se faisait avant mais j’aime tout autant le zouk actuel. Les influences musicales des artistes actuels ne sont pas toujours les mêmes que celles des artistes d’il y a quelques années, donc automatiquement le style change. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui font toujours des comparaisons avec ce qu’il y avait avant et maintenant. Les temps changent, la société évolue et tout ce qui va avec également. Il y aura toujours du bons comme du moins bons et donc ça fera toujours débat. On reproche beaucoup de choses au zouk actuel, les mêmes thèmes abordés, le manque de recherche musicale, les textes trop souvent en français et autres. Mais quand les artistes décident de prendre en considération ces remarques, ce n’est pas pour autant que le public adhère davantage ou que les médias diffusent le titre. J’écoute pratiquement tout ce qui se fait et il y a beaucoup d’artistes qui parlent d’actualités, de leurs enfants, de la perte d’êtres chers, et bien d’autres, en français comme en créole, malheureusement tout n’est pas toujours diffusé et donc le public n’a pas connaissance de tout cela. La musique est un moyen de s’exprimer, alors chaque artiste l’utilise soit pour faire passer des messages, soit pour extérioriser ses sentiments ou partager des choses. Il faut s’y intéresser et donner sa chance à chacun. Le zouk reste une musique de chez nous et j’encourage ceux qui contribuent à son évolution.

Est-il facile d’être artiste de nos jours ?

Facile non. Je trouve que les artistes pouvaient mieux vivre de leur musique avant. De nos jours, même si certains arrivent à s’en sortir, l’industrie de la musique est en difficulté et pas seulement aux Antilles, mais partout dans le monde. Etre artiste c’est un métier. Comme tout métier, il y a des avantages et des inconvénients, je trouve que beaucoup ne prennent pas toujours ce métier au sérieux. Etre artiste c’est pouvoir offrir une part de rêve aux gens, sinon que serait la vie sans musique ?! Mais c’est aussi beaucoup d’investissements en sachant que l’on peut très bien y perdre comme y gagner. J’estime qu’il faut être bien entouré et avoir la tête sur les épaules car tout peut bien fonctionner aujourd’hui et demain c’est tout le contraire. Mais cela reste un belle expérience et quand on aime, on prend forcément plaisir à partager notre passion.

Qu’as-tu fais depuis la sortie de ton dernier single ?

Eh bien, j’étais sur la Métropole, par rapport à mon travail depuis quelques années, puisque je ne vis pas de la musique. Je me suis un peu plus consacrée à ma vie familiale, fais de nouvelles rencontres musicales. Et là je suis de retour en Martinique pour une durée indéterminée donc je continue sur la même lancée. J’aime écrire, donc je suis souvent en studio pour tenter de nouvelles choses. Et là ben voilà, un nouveau titre, un nouveau clip à promouvoir donc on bosse!

Depuis peu, tu es retournée vivre en Martinique, comment se passe l’intégration ?

Ca va ! Je ne m’étais pas entièrement coupée du pays, je venais chaque année. Après c’est clair qu’il faut toujours un temps d’adaptation, c’est un autre style de vie, mais ça vient petit à petit. Je suis heureuse d’être à nouveau près de ma famille donc j’en profite car je sais que je serai amenée à repartir pour mon évolution professionnelle. Je suis dans le domaine de la Justice et malheureusement nous n’avons pas, aux Antilles, les écoles nécessaires lorsque l’on change de grade. En attendant, ça fait du bien d’être chez soi!

Un coup de cœur :

De plus en plus de jeunes talents dans nos îles (chanteur(se), danseur(se), mannequin…) qui nous représentent dignement à travers le monde. J’encourage leur travail et leur ambition.

Un coup de gueule :

Aux Antilles nous avons nos propres richesses. Plus de solidarité nous ferait davantage avancer. Il serait vraiment temps que chacun de nous prenne conscience de tout ça. Côté musical, nous avons beaucoup d’artistes de talent dans nos îles, confirmés comme novices, mais on est trop occupé à soutenir tout ce qui vient d’ailleurs pour s’en soucier. Et après on entend qu’il n’y a rien chez nous. C’est dommage!!

Le mot de la fin ?

Je tiens à remercier toutes ces personnes qui m’encouragent depuis le départ, qui ont toujours cru en moi ainsi que ceux qui me suivent actuellement et qui j’espère seront encore là à l’avenir. Un grand merci à Kevin Duchel pour son travail, Miguel Cesto également qui nous fait confiance et croit en notre travail. Merci au public antillais et métropolitain qui m’a toujours bien accueilli. Je vous invite à me suivre sur ma page fan facebook et Twitter : Doriane Music. Je vous tiendrai au courant de toutes mes actualités musicales, mes différentes dates de prestations, des clips, des photos etc. En ce qui concerne vos projets, croyez tous en vos rêves, battez-vous et ne lâchez rien. Que Dieu vous bénisse!