Dieudonné et la Liberté d’Expression : Serait-il victime d’une liberté à deux vitesses ?

Vues : 271

Derrière le concept du Droit à la « Liberté d’Expression » avec les impressionnantes marches républicaines  qui vont avec, on cache en France, une Liberté à deux vitesses, une « grande mascarade des Libertés ». C’est le sentiment de Glenn Greenwald, journaliste d’investigation à The Intercept (quotidien New-Yorkais en ligne). Une analyse reprise dans le numéro hors série de Courrier International (04224).

Dans la « Liberté à géométrie variable », l’ancien Journaliste du Guardian analyse comment les opposants de Dieudonné ont réussi à museler ses idées négationnistes, et comment dans le même temps, ils ont bafoué la Liberté d’Expression ici en  France. Tout en reconnaissant que les prises de position de l’humoriste franco-camerounais sont incontestablement nauséabondes, il n’en demeure pas moins que l’humoriste serait victime d’une liberté à deux vitesses.

Après les premiers attentats de janvier 2015, Dieudonné M’Bala M’Bala, affiche clairement son soutien aux terroristes tueurs , en l’occurrence, celui de l’Hyper Cacher Amedy Coulibaly, en détournant un hashtag de « Je suis Charlie ». La Justice l’a condamné pour apologie de terrorisme, à deux mois de prison avec sursis et 22 500 Euros d’amende.

Mais pour l’Éditorialiste américain, cette arrestation et cette condamnation soulignent « une volonté plus générale de réprimer une certaine forme d’expression ». Il illustre ses dires en comparant des procès de plusieurs musulmans, poursuivis par les Occidentaux, voire même emprisonnés pour leurs idées politiques et  qui n’ont jamais été soutenu, ni avant et ni après Charlie. Des dossiers sur lesquels il a enquêté. Ce qui démontre les choix tendancieux de l’Opinion publique et des défenseurs de la Liberté d’Expression en Occident. Le journaliste américain résume selon lui, ce que signifie « Libertés d’expression » pour un certain citoyen européen, dans ces termes : « Il est vital que les idées qui (me) plaisent soient protégées, et que le droit d’insulter les communautés qui (me) déplaisent soit défendu ; tout le reste en revanche peut servir de cible ». Le reste serait donc des humoristes comme Dieudonné, par exemple.

La controverse que soulève les «satires » de Dieudonné, aurait du être, selon l’enquêteur proportionnelle à celles du Journal satirique qu’est Charlie. Il considère graves , les accusations d’Olivier Cyran. L’ancien journaliste de Charlie Hebdo , écrivait une lettre  en 2013,  qui dénonçait  le basculement de « Charlie » dans une « islamophobie obsessionnelle déclarée », juste après les attentats du 11 septembre 2001. Selon l’enquêteur américain, ce procès fait à l’humoriste français, cette controverse sur ses idées, si sinistres qu’elles soient, rappellent largement les caricatures (subitement adorés tous azimuts) de Charlie Hebdo.

Nul doute, qu’avec ses tweets d’apologie du terrorisme et son programme qu’il qualifie d' »antisioniste », aucun intellectuel ni aucune personnalité ne défendrait l’humoriste Dieudonné M’Bala M’Bala, même au nom de la sacro-sainte « Liberté d’expression », poursuit Le journaliste de The Intercept.

Au final qu’il s’agisse de Charlie Hebdo ou de l’humoriste Dieudonné, l’objectif est de choquer, d’une part des musulmans radicaux ou modérés et d’autres part des personnes de confession juive, croyantes, pratiquantes ou extrémistes. Les moyens utilisés de parts et d’autres restent  durs et particulièrement indigestes.

Et Glenn Greenwald de nous interpeller sur cette question récurrente « Pourquoi une opinion serait-elle admissible et l’autre criminelle ? ».

Dorothée Audibert-Champenois

Source Courrier Internationl/The Intercept


2 commentaires :

  1. blackhand

    Bien qu’il défende Dieudonnée, il le fait sans connaitre Dieudo.. Car le fait de dire « je suis coulibaly » ne voulait aucun cas de dire que dieudo supporte les actes de ce dernier mais qu’il aurait du être charlie mais qu’on l’a fait passer pour un terroriste… Ensuite cet humoriste a caricaturer toutes les confessions toutes les races… Le premier peuple qu’il n’a pas loupé avec ses paroles acerbes ce sont les antillais bien avant les juifs mais aussi les arabes, tout le monde a pris pour son grade et un seul a voulu le faire taire…

Les commentaires sont fermés