« Enculé de nègre »: Nicolas Bedos mis en examen pour injures raciales

Vues : 191

Nicolas Bedos attends the 'Amour et turbulences' Premiere - Lille

Les faits remontent à décembre 2012. L’écrivain et humoriste Nicolas Bedos avait fait scandale avec ses chroniques racistes publiées dans le support papier et diffusées sur le site du journal hebdomadaire « Marianne ». Récit de ses vacances en Guadeloupe, l’on pouvait y lire des injures dont il s’est toujours défendu, allant même jusqu’à revendiquer de l’ironie et une incompréhension inverse du message qu’il souhait véhiculer. Le chroniqueur de Laurent Ruquier précisait également: « Ils ne comprennent pas le degré zéro du second degré. Les expressions qu’ils me reprochent sont mises dans la bouche de personnes que je critique. ».

« Indolence insulaire », « Enculé de nègre »,  « autochtones oisifs », ou encore «Si j’étais vous, je remettrais de la crème solaire, car j’ai l’impression de parler à un boudin créole», ses expressions employées par Bedos qui ont soulevé la colère de l’opinion publique. « Nous nous sommes sentis insultés par ces propos qui visent toute une communauté […] Nous y avons vu une incitation à la haine raciale à laquelle il convenait de mettre fin. Même au 3e degré, on ne peut pas s’en prendre à un groupe humain de la sorte. » explique le président du Collectif-DOM, Daniel Dalin.

Il a été mis en examen le 16 décembre dernier pour «complicité d’injure publique raciale» suite à la plainte avec constitution de partie civile par le Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais et Mahorais. Le collectif précise que cette affaire n’a absolument aucun rapport avec l’affaire Dieudonnée, la plainte ayant été déposée bien avant l’esclandre médiatique. Pour rappel, Bedos a été menacé de mort par les dieudonnistes suite à sa chronique enflammée dans « On n’est pas couché ».

Photo: Google image