Entre les menaces de grève, les négociations se poursuivent autour du décret carburant

Vues : 0

greve-gerant--station-service-martinique

Le décret carburant soumis par le Ministre des Outre-mer Victorien Lurel qui doit entrer en vigueur au 1er janvier 2014 a été validé par la l’Autorité de la Concurrence ce lundi. Pour rappel, il prévoit la régularisation des tarifs des compagnies pétrolières jugées trop élevés, et la fixation des prix du carburant. Seulement voilà, de leur côté, les pétroliers envisagent sérieusement, si le décret est appliqué en l’état, l’automatisation de leurs pompes; mettant ainsi fortement en péril les métiers de gérants et pompistes.

Patrick Collet

Rassemblé en assemblée générale, ce mardi en Martinique, les gérants des stations-service des départements d’Outre-mer ont voté, à l’unanimité, la mise en place d’un mouvement de contestation si jamais le gouvernement se refusait d’ouvrir le dialogue d’ici la semaine prochaine. Plus exactement, le président de l’intersyndicale des gérants Patrick Collet (cf. photo ci-dessus), annonce une grève massive sur les département de Martinique, Guadeloupe, Guyane et la Réunion à compter du 15 décembre prochain si leurs revendications ne sont pas entendues.

Mais les négociations vont vraisemblablement reprendre. Les préfets des territoires concernés,  ont, chacun, proposé aux gérants de stations-service une réunion de travail. Celle-ci se tiendra, pour la Martinique, ce vendredi. Elle est destinée à examiner les demandes concrètes sur lesquelles ceux-ci souhaitent travailler et identifier les réponses susceptibles de leur être apportées dans un souci de poursuite du dialogue. Cette réunion vient compléter les nombreux échanges conduits avec les différents acteurs de la filière qui ont fait valoir leurs observations, ce qui a déjà conduit à plusieurs évolutions par rapport au projet initial du gouvernement.
L’objectif du gouvernement reste celui de mettre en place un système plus transparent et qui garantisse au consommateur un carburant au plus juste prix possible.

Grève ou pas grève, la patience sera donc de vigueur en attendant le verdict rendu très certainement à l’issue des tables rondes la semaine prochaine.

Photos: Google images