Entreprendre en Angleterre, c’est possible ! Les réussites antillaises au Créole Day Festival

Vues : 1375

Nous les avons rencontrés. Ces expatriés antillais ont créé leur entreprise dans tous les secteurs. Des produits cosmétiques à l’animation de radio, ils sont responsables de fondations, participent à des actions associatives. Certains sont dans l’enseignement quand d’autres publient des romans ou des livres culinaires.

cnews-actus-23

Tous ces londoniens d’adoption ont en commun un lien fort : Ils parlent ou comprennent tous la langue créole. Une langue longtemps interdite qui aujourd’hui possède sa grammaire, ses dictionnaires et sa littérature.

20161015_161123

L’ambiance Zouk, Soca et Reggae du Créole Day Festival tranchait avec la température très basse de ce samedi 16 octobre à Londres où une fine pluie envahissait le Sud de la capitale anglaise.

dscn8717

A quelques mètres du Secret Intelligence Service (Service Secret Britannique), la guadeloupéenne Nadia Nerom (à droite), fondatrice du Créole Day Festival, nous reçoit au Anne’s Catholic Settlement Hall. Cette journée spéciale qui fête la langue créole est importante pour la résidente anglaise car elle nous annonce un programme riche et copieux pour la troisième édition de son événement.

cnews-actus-22

Cette année, Nadia Nerom, originaire du Moule, a choisi comme thème : « Success & Achievement » (Succès et Réalisations). L’intérêt de cette rencontre, c’est la mise en relation d’une population francophone et créolophone très importante aux Antilles qui revendique son identité à travers la langue créole et ses semblables issus d’autres régions qui ont gardé dans leur patrimoine ce dialecte issu de leur « rencontre historique » avec la langue française.

20161015_174316

Mais pour Nadia installée depuis vingt huit ans en Angleterre, il ne s’agit pas seulement de discuter et d’échanger entre antillais et la diaspora noire mais de se projeter aussi vers l’avenir.

cnews-actus-cdf-35

Depuis le Brexit voté par les britanniques le 24 juin 2016, qui met fin à quarante trois années d’appartenance à l’Union Européenne, les antillais francophones sont inquiets. Ils attendent avec circonspection les prochaines orientations politiques et sociales anglaises qui pourraient modifier leur statut européen.

cnews-actus-24

Samedi 16 octobre, il est plus de 14 heures, Nadia prof de français à Londres motive encore ses volontaires qui l’aident au Créole Day Festival. En attendant le grand forum sur le Brexit prévu en milieu d’après-midi, c’est le discours de Nadia Nerom qui lance la manifestation de l’édition 2016. Les derniers stands sont montés, c’est le moment où les nombreux festivaliers débarquent.

cnews-actus-cdf-39

Les croquis du jamaïcain Morris Thompson saluent les premiers participants venus en grande partie de la banlieue de Londres. Ils sont de Martinique, de Guadeloupe pour la plupart, mais aussi du Cap vert, de l’île Maurice, de la Réunion, des Seychelles, de Sainte-Lucie ou de la Dominique.

cnews-actus-cdf-32

Pendant que Mario Gousse explique à la tribune comment son association « Jack The First Foundation » contribue au développement éducatif des enfants de sa communauté, la martiniquaise Francine  Lagrand (ci-dessous) membre du Créole Day Festival indique la présence de Lydie Grénon.

cnews-actus-cdf-36

La créatrice Lydie Grénon (ci-dessous) d’origine guadeloupéenne est spécialisée dans la création ethnique comme ses consœurs antillaises basées au Royaume-Uni, elle associe les tissus Wax à ses créations vestimentaires.

cnews-actus-cdf-47

Lydie Grénon, qui est née et vit à Paris est une créatrice itinérante. Ses accessoires ornés de motifs africains font tous référence au continent noir.

20161015_175144

Pour la coiffure, Lydie Grénon rejoint la nouvelle tendance du « maré têt », une pratique ancienne revisitée aujourd’hui qu’elle exporte partout où on l’invite. De la gare principale de Saint-Pancras, la jeune femme accompagnée de sa sœur et collaboratrice Sandy est arrivée ce samedi pour cette première participation au Créole Day Festival. Ravie elle avoue : « A Londres, la population est plus ouverte et plus curieuse ».

cnews-actus-cdf-31

Le projet aura duré deux ans, et au bout, un énorme volume du « Créole Kitchen », 

cnews-actus-cdf-33

c’est le livre que l’écrivaine guadeloupéenne Vanessa Bolosier présente aux hôtes, sans doute ce samedi, des nostalgiques de la cuisine des Caraïbes.

20161015_163922

Sa présence est remarquée dans la salle, l’artiste est splendide. Sheba Montserrat est née à Londres, ses parents sont originaires de l’île de Montserrat. Une petite île volcanique située au Nord de Pointe-à-Pitre dont la capitale Plymouth dévastée en 1997 est devenue une ville fantôme. En hommage Sheba s’est rebaptisée Montserrat. C’est son nom d’artiste.

20161015_180638

Loin de Montserrat, ici à Londres, elle enseigne la danse, produit un «  Comedy Show » dans la capitale. Militante, l’artiste dans l’esprit du Black Lives Matter théâtralise et récite des poèmes engagés. Ce soir, il est 17h30 au Créole Day Festival quand, sur scène, la comédienne et danseuse porte la voix dans : « Being Black » ( Être Noir). Sheba Montserrat nous donne des explications en anglais de son poème en fin d’article.

cnews-actus-cdf-53

Comme le Black History Month (Le mois de l’histoire des Noirs) qui valorise les réussites et les avancées des Noirs (durant un mois aux USA), la jeune malienne Aïssata Tounkara née à Argenteuil et membre active de l’Association « Racines » (qui propose des destinations initiatiques vers l’Ethiopie), participe à sa façon au rapprochement entre africains et antillais. Concrètement, avec ses partenaires guadeloupéens, Aïssata envisage prochainement des voyages initiatiques vers d’autres contrées africaines. Des séjours touristiques très recherchés par les afro-descendants en quête de leurs racines identitaires.

20161015_172013

Aujourd’hui, au Créole Day Festival, parmi les échoppes de vêtements, Aïssata Tounkara étale ses pagnes et ses vêtements customisés de noms d’illustres défenseurs de la conscience noire internationale. Dès lundi, à Paris elle redevient la Conceptor éthique, ethnique et équitable au sein de So & So où elle propose des produits naturels et bio directement récupérés chez les producteurs.

20161015_173539

Angela Davis, l’entrepreneuse qui est née à Londres de parents jamaïcains, a créé une ligne de produits pour le traitement des cheveux crépus. Après deux mois de recherche, Angela qui vit à Birmingham, vient de recevoir sa nouvelle gamme d’articles capillaires : Malaïka.

cnews-actus-cdf-52

Elles attendent de monter sur scène, ce sont les « Tropical Flowers Saga Dancers ». Les trois danseuses mauriciennes font partie du groupe créé en 1999 par des « cousins » installés dans le sud de Londres.

cnews-actus-cdf-29

Elles ont annoncé trois danses du Séga de la Réunion.

20161015_174403

La sonorisation de cette journée consacrée au créole a été confiée à l’ingénieur du son DJ Christo,

20161015_171635

le jeune haïtien virtuose de sa console tend le micro à l’écrivaine antillaise Cindy Marie Nelly qui a publié chez Ibis Rouge (Guyane), son premier livre : «  Peaux échappées ». Pour la partie ludique Nadia Nérom a fait appel à Robert Castry pour une dictée créole (Creole dictation) suivi du Big Créole Quizz.

20161015_171557

Place à la musique avec Les rythmes du Kizomba UK (danse d’origine angolaise), d’Afrobeat (fusion de rythmes jazz/funk/Yoruba du Nigeria) et de Funanà (danses traditionnelles du Cap-Vert) pour des initiations musicales durant un quart d’heure.

cnews-actus-cdf-40

Démonstrations, conseils et séances beauté étaient assurés tout au long du Créole Day Festival par Gatress, DJ, Ziloka, Dawn et Karima Moussa.

cnews-actus-cdf-43
Pour rappeler les saveurs caribéennes, le dessert du sorbet traditionnel n’a pas manqué, il complétait les plats typiques cuisinés et servis « comme aux Antilles« .

20161015_182807

La nuit tombe, Nadia Nérom toujours active continue d’accueillir de nouveaux arrivants au Créole Day. Cette journée de Festival dédiée à la culture créole s’est terminée par un grand « Jump Up » très festif, tard dans la soirée londonienne.

cdf-dothy-a-ch-2

Avant de quitter Harleyford Road, on recroise Sheba Montserrat qui explique en anglais de quoi parle son poéme : « Being Black ! » (Itw enregistrée par Dorothée Audibert-Champenois) :

Reportage Dorothée Audibert-Champenois/Fbook C’news Actus
Photos Dothy A-Ch


1 commentaires :

  1. alex pamphile

    courage à tous ceuxqui vivent hors de leur contexte d’origine,ce n’est une chose facile,bonne continuation à toutes leurs entreprises quelquesoit le domaine.apprendre est l’essnce de la vie, tchimbé raide pa moli! alex.

Les commentaires sont fermés