États-Unis : Un Afro-américain se fait tirer dessus par la police en tentant de ramener son patient autiste

Vues : 2131

La vidéo a fait le tour du web. Charles Kinsey, éducateur spécialisé dans un centre pour autistes, a été blessé par balle à la jambe, alors qu’il assurait aux policiers qu’il n’était pas armé. Il était descendu dans la rue pour rattraper son patient.

La vidéo, tournée lundi 18 juillet dernier par un témoin, montre Charles Kinsey et un jeune homme autiste, tenus en joue par des policiers, dans une rue de Miami (États-Unis).

La mésaventure aurait pu finir plus tragiquement. Elle n’en demeure pas moins très inquiétante. Non armé, allongé au sol les mains en l’air, Charles Kinsey reçoit tout de même une balle dans la jambe avant d’être menotté. À la question « Pourquoi m’avez-vous tiré dessus ? », le policier répondra « Je n’en sais rien. »

Un fait-divers qui survient alors que les États-Unis sont en proie à une crise profonde après la mort de plusieurs Noirs, tombés sous les balles de policiers blancs. Visés à leur tour par des tirs, à Dallas (Texas), début juillet, ou à Bâton-Rouge (Louisiane), les policiers estiment également être particulièrement menacés. Dans une conférence de presse donnée jeudi 21 juillet, un responsable de la police de Miami a assuré que le policier visait en réalité le jeune autiste, qu’il pensait dangereux et armé.

Ce dernier n’avait pourtant qu’un jouet dans les mains. Les images de la vidéo montrent Rinaldo, le jeune homme autiste, installé jambes croisées, au beau milieu d’une route. Dans la main, il tient un jouet, un camion miniature. Venu le récupérer, le thérapeute, Charles Kinsey, est alors interpellé par des policiers, qui se protègent derrière des pylônes. Ils intiment aux deux hommes de se mettre au sol, les mains en l’air. Charles Kinsey s’exécute aussitôt, mais le jeune autiste, lui, ne réagit pas aux ordres de la police.

« Il n’a qu’un jouet. Un jouet. Je suis thérapeute comportemental dans un centre. Ne tirez pas ! », crie Charles Kinsey, en tentant de désamorcer la situation. « Rinaldo, reste calme, s’il te plaît. Allonge-toi sur le ventre ! », demande-t-il encore au jeune homme handicapé, qui continue de jouer avec son camion.

« Je m’inquiétais pour lui, davantage que pour moi, car je me disais que moi, au moins, j’avais les mains en l’air », a ensuite raconté le thérapeute, interrogé sur son lit d’hôpital par une chaîne de télévision locale. « À quoi pensais-je ? » Blessé légèrement, il assure avoir demandé au policier la raison pour laquelle il avait tiré, alors qu’il ne présentait aucune menace : « il m’a répondu : ‘Je n’en sais rien.’ ». Ce qui n’a pas empêché le policier de le menotter, tandis qu’il était à terre.

Texte : Mickaël Léonce
Photo : Capture d’écran


1 commentaires :

Les commentaires sont fermés