Evadés de Baie-Mahault : Des images de leur campement de fortune

Vues : 3516

Dans la nuit du 17 au 18 juillet 2017, Peters Orwel et Henry Reagan réussissent à s’enfuir du centre pénitentiaire de Baie-Mahault. L’alerte est donnée mais le dispositif mis en œuvre ne permet pas, dans un premier temps, de les retrouver.

S’engage alors une enquête minutieuse, confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Pointe-à-Pitre dans laquelle la vigilance de citoyens permet d’obtenir un élément déterminant. En effet, parmi les renseignements communiqués, l’un d’eux amène à la découverte d’un campement situé sur la commune de Sainte-Rose qui pourrait abriter au moins l’un des fugitifs. Isolé, situé en pleine zone boisée et sur un flanc de montagne, ce terrain est particulièrement favorable pour s’y dissimuler.

Devant cette situation, le mardi 29 août 2017, le commandement de la gendarmerie de Guadeloupe ordonne la mise en place d’un dispositif d’interpellation. La zone est alors bouclée par des éléments des escadrons de gendarmerie mobile 24/3 Mont d’Aulnay et 25/6 Digne, du peloton de surveillance et d’intervention de Pointe-à-Pitre et de la brigade de Sainte-Rose. Appuyée par l’équipe cynophile de Saint-Claude, une colonne d’assaut de l’antenne du GIGN suit de près un élément de reconnaissance composé également de militaires de cette unité. Au total, une soixantaine de gendarme compose le dispositif.

Au moment de l’arrivée sur le campement, Henry Reagan a disparu. Tentant de fuir, il tombe rapidement sur le dispositif de bouclage qui l’interpelle sans violence. Il est alors remis aux enquêteurs de la section de recherches avant d’être présenté au magistrat.

Aujourd’hui, l’enquête se poursuit, toujours sous la direction d’un juge d’instruction, pour localiser et interpeller PETERS Orwel qui reste en fuite. La population est d’ailleurs appeler à maintenir sa vigilance et à contacter au besoin la gendarmerie en appelant le 17.

Sources : Gendarmerie Martinique


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *