Evasion fiscale : Des martiniquais et des réunionnais sur la liste des « Panama Papers »

Vues : 1555

Le « Monde » et un consortium de journalistes d’investigation on révélé dimanche 3 avril un vaste réseau de Sociétés offshore domiciliées au Panama et gérées par le Cabinet panaméen, Mossack Fonseca.

Avant de s’intéresser aux personnalités détentrices de biens dans ces Paradis Fiscaux, il est intéressant de comprendre pourquoi les clients choisissent cette option à haut risque pour dissimuler leur fortune.

Une Société offshore est une interface qui présente toutes les caractéristiques d’une Société mais qui n’est pas réelle. Son but, permettre à un individu, de placer des sommes importantes, des biens ou des capitaux hors de portée du fisc dans des pays, comme au Panama dans le cas de la Mossack Fonseca où la fiscalité est très avantageuse et le système juridique opaque. Selon Sophie Scemla (avocate associée au cabinet Eversheds à Paris), interrogée par le Figaro, la création d’une société offshore n’est pas illicite en soi, le problème, c’est le soupçon d’opération de blanchiment d’argent qui donnent un caractère frauduleux aux activités de ces sociétés dites offshore.

Dans ce grand déballage puisé dans 11,4 millions de documents, des personnalités françaises et étrangères sont identifiées. De grosses fortunes (140) qui ont volontairement caché des transactions importantes au Panama, sont dévoilées au grand jour, dans le Journal Le Monde et  dans l’émission Cash Investigation de France2. C’est notamment le cas de Vladimir Poutine, le Président Russe, de Patrick Balkany, de Michel Platini le Président suspendu de l’UEFA, du footballer Lionel Messi, de l’ancien ministre du budget Jérôme Cahuzac et de l’associé de Nicolas Sarkozy, Arnaud Claude.

Parmi toutes les personnes citées dans la base de données interne de la Mossak Fonseca, trois bénéficiaires, quatre actionnaires, sont originaires de Martinique (Caraïbe) et quatre autres shareholders, (des actionnaires) sont de la Réunion, dans l’Océan Indien.

En France le Président François Hollande a annoncé que ces évasions fiscales donneraient lieu en France à « des enquêtes des services fiscaux et à des procédures judiciaires ». Il a remercié « ces lanceurs d’alerte et la presse » pour ces révélations qui selon lui vont « permettre de nouvelles rentrées fiscales », satisfait, le Président de la République, pour lui en tout cas : « c’est une bonne nouvelle. »

L’enquête de « Cash investigation » baptisée « Panama Papers » sera diffusée en intégralité ce mardi 5 avril.

Dorothée Audibert-Champenois


3 commentaires :

Les commentaires sont fermés