Faut-il se blanchir la peau pour réussir? Un mannequin dénonce les dangers du blanchiment

Vues : 771

Dans une vidéo pour « Real Women, Real Stories », le mannequin de 20 ans, qui vit actuellement à New York City, s’est exprimée sur le blanchiment de la peau, une pratique courante dans son pays natal, le Sénégal.

« C’est un très gros problème », explique Khoudia Diop. Elle raconte dans cet interview qu’elle a grandi avec « beaucoup » de membres de sa famille qui utilisait des produits pour le blanchiment de la peau. Elle témoigne : « Quand j’ai eu 12 ans, mon cousin me demandait pourquoi je ne voulais pas utiliser ces produits ».

Connue sous le nom de «Melaniin Goddess» sur Instagram, Khoudia Diop est également un visage de la campagne de sensibilisation : #BlendInStandOut de Make Up For Ever and The Colored Girl, en avril 2017.

Khoudia Diop a déclaré que les produits pour blanchir la peau sont vendus «partout» au Sénégal et selon le jeune mannequin 7 femmes sur 10 utilisent ces produits qui souvent sont dangereux dans leur composition. La plupart contiennent du mercure, de l’hydroquinone ou de l’hydroxyde de sodium, qui «peuvent causer des cancer et quelquefois défigurer les clientes ».

Il est difficile de combattre ces habitudes a déclaré Khoudia Diop dans cet enregistrement vidéo : « Les produits sont accessibles aux femmes dans mon pays car les crèmes sont très bon marché, certaines d’entre elles coûtent moins d’un dollar ».

En France, face à ce fléau qui touche autant les hommes que les femmes de la communauté noire (entre autres) le Conseil de Paris a participé en 2008 à une campagne de prévention des risques encourus pour les afro-antillais.

Le président du Conseil représentatif des associations noires (CRAN) (de l’époque) , Patrick Lozès, a déclaré dans le monde du 13 novembre 2009 :  «  Le phénomène est lié à une certaine hiérarchie mélanique : les métis subissent deux fois moins de contrôles au faciès que les Noirs. Ils se disent moins souvent victimes de discrimination raciale dans la vie de tous les jours que les Noirs. Les femmes qui s’éclaircissent la peau se disent : « En étant moins noire, je vais grimper dans la hiérarchie. Elles n’ont jamais entendu dire qu’il est positif d’être noir

« Real Women Real Stories » est une plate-forme pour les femmes. Elles racontent des histoires personnelles de traumatisme qu’elles ont vécues, y compris le viol, les agressions sexuelles, le trafic sexuel. Certaines des vidéos de la chaîne YouTube ont reçu des millions de vues et des milliers de commentaires. La plupart ont été publiées sur les sites d’information à travers le monde et ont été partagées plusieurs fois sur les réseaux sociaux. Cela a changé la vie des femmes car leurs histoires ont reçu une attention internationale. Leurs voix sont entendues.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Imagesfacebook/instagram Khoudia Diop


1 commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *