Fermeture de la sécurité sociale à Place d’Armes : Avis à la population

Vues : 1387

La caisse de sécurité sociale sera fermée ce jour, vendredi 17 mars en raison d’une grève qui dure depuis 5 jours maintenant.

Communiqué :

À cause du conflit social qui touche la Caisse Générale de Sécurité Sociale depuis le début de la semaine, la Direction Générale de l’organisme procède à la fermeture du siège Social de Place d’Armes au Lamentin ce vendredi 17 mars 2017. « Le Comité de Direction met tout en œuvre pour aboutir à une fin de conflit et un retour à la normale des services », selon un communiqué de la direction de l’institution.

A la date du 16 mars 2017, le personnel de la caisse générale de sécurité sociale de la Martinique entame son quatrième jour de grève.

Les restrictions budgétaires imposées par le national, la gestion des différentes branches (maladie, recouvrement, exploitant agricole, retraite) au niveau local et les orientations stratégiques qui en découlent mettent à mal le bon fonctionnement de l’institution et nuisent à la qualité du service que nous devons rendre à l’ensemble de la population.

Au quotidien, la dégradation de nos conditions de travail, le manque de formation et d’évolution professionnelle impactent fortement nos assurés notamment les plus fragilisés, ainsi que nos cotisants. Aujourd’hui, la non prise en compte des revendications des salariés en grève par la direction générale accentue les situations qui sont déjà désastreuses pour tous ceux qui ont tant besoin de cette prestigieuse et incontournable institution instaurée depuis 70 ans par la lutte de nos aînés.

Comment cela se traduit-il au sein de la CGSS Martinique ?

• le manque d’effectif dans l’ensemble des services,
• la suppression des postes qui existaient pour aider les assurés en grande difficulté ou isolés,
• le dysfonctionnement des outils informatiques,
• l’obligation de l’usage d’Internet,
• une plateforme téléphonique difficilement joignable.
• augmentation de la souffrance au travail et des arrêts de maladie
• Gaspillage d’argent public

Quelles sont les impacts directs sur la population ?

Les professionnels de santé : 1 mois d’attente minimum pour un premier rendez-vous avec la vie conventionnelle. S’ils ne l’ont pas effectué, ils ne peuvent bénéficier des conventions avec la CGSS et donc débuter leurs activités.

Exploitants agricoles : ils ne peuvent bénéficier des subventions à cause de manques d’effectifs, de formation du personnel et de communication.

Les cotisants (les employeurs) : ils sont victimes des réclamations à tort. Il faut savoir qu’une contrainte établie par huissier se chiffre à 600€ et des milliers de contraintes sont envoyées. Il n’est pas rare d’entendre les cotisants parler de suicide ou de mettre la clé sous la porte. Faut-il attendre un drame ?

Les retraités titulaires de pension vieillesse, pension de réversion ou ASPA : ils ne sont pas payés dans les délais. Certaines ressources sont suspendues à tort pour des dossiers déposés

dans les délais, 4 à 5 mois d’attente pour le rétablissement de leur pension, 3 ans de retard à la fois pour la mise à jour des carrières ainsi que pour leur contrôle.

La direction professionnelle est chargée d’effectuer la prévention auprès de l’ensemble des entreprises de la Martinique. Les entreprises qui ne respectent pas les règles sont sanctionnées. Cependant, c’est l’exemple type du cordonnier mal chaussé. Effectivement, c’est une niche à salarié en mal être au travail.

Nous disons stop ! Si la Direction Générale ne trouve pas une issue rapide et favorable à la plateforme de revendication.

Nous demandons à tous les salariés, retraités, assurés sociaux, cotisants et partenaires de rester à l’écoute et être solidaires de notre cause qui est aussi la leur.

Notre combat est celui du peuple martiniquais pour la sauvegarde de son institution qui a 70 ans cette année.