Festival de Cannes 2017 : Succès pour une grande dame guadeloupéenne Osange Silou Kieffer

Vues : 750

Le Prix Océans FranceÔ existe grâce à la témérité de la journaliste Osange Silou Kieffer.


Son objectif qui est de faire connaître les réalisations des Outremers est une réussite.
Hier, samedi 27 mai, ils étaient nombreux à répondre à l’invitation de l’équipe du Prix Océans FranceÔ. Ce n’est pas le seul coup de maître de la journaliste, sociologue et historienne de l’Art qui s’active depuis 2003 (Les Hohoas) pour mener à Cannes les films ultramarins et leurs auteurs.


Une entreprise qu’elle ne dirige pas seule mais qui est à la hauteur de sa détermination.
Comme elle se confiait à Afrik.com il y a quatre ans ans, si le grand public peut applaudir en bloc le titre d’un film, il en est tout autre quant à ses réalisateurs dont il ignore souvent l’existence.

Aider la jeune génération, une nécessité pour Osange Silou Kieffer :

« Mon problème, ce sont les jeunes, c’est de leur donner de la visibilité. Nous avons eu une première génération de cinéastes : Ferly (Jacques), Lara (Christian), Glissant (Edouard), Palcy (Euzhan)… Tous ces gens ont 50, 60, 70 ans aujourd’hui. Ceux qui arrivent après – Fabrice Pierre, Jean-Claude Barny, Christian Grandman – ont la quarantaine et rencontrent de grandes difficultés pour réaliser leur premier ou leur deuxième long métrage. Cette deuxième génération peine à émerger. Ils n’ont même pas réussi à faire ce que leurs aînés ont fait. Il s’agit bien sûr d’accompagner cette génération-là bien, mais surtout de faire émerger une nouvelle génération en leur donnant, dès le début, des clés ». (Afrik.com 25 août 2013)

Son crédo : « Encourager les jeunes »

Pour cela des moyens sont offerts aux lauréats afin d’optimiser leur réalisation. La chaîne FranceÔ (FranceTélévisions) s’engage à remettre 30 000 euros à l’équipe lauréate du court-métrage. Les partenaires participent à la postproduction, le montage du film ou le titrage ont un coût mais sont incontournables pour assurer la crédibilité des œuvres projetées au Festival de Cannes.

Le but n’est pas de se centrer autour des îles connues comme la Martinique ou la Guadeloupe, il s’agit pour Osange Silou Kieffer et ses partenaires de présenter les courts-métrages de tous les ressortissants des outremers. De Wallis & Futuna, Tahiti, Mayotte, Saint-Pierre & Miquelon, la Réunion, la Guyane, le Prix Océans FranceÔ doit mettre en lumière tous les potentiels. Un défi aujourd’hui atteint à la cinquième édition qui se concrétise par la remise du Prix Océans 2017 devant plus de 500 festivaliers reçus dans la prestigieuse salle du Théâtre Croisette. Un lieu destiné à occuper 820 places. Cette cérémonie de récompense clôture en même temps la Quinzaine des Spectateurs du 70ème Festival de Cannes.

La fiche professionnelle de la journaliste et sociologue originaire de la Guadeloupe est impressionnante.

Spécialiste guadeloupéenne des cinémas, peintures et littératures du sud, Osange Silou Kieffer est Journaliste, Sociologue et Historienne de l’Art (info Africultures 2012)

 

Présidente du festival des cinémas métissés- Cinamazonia organisé en Guyane.
Co-Créatrice et organisatrice des Hohoas- concours de scénario de court-métrage de l’Outre-Mer
Directrice Rédaction Agence de presse Invariance Noire (Paris) depuis 1986.
Correspondante en Europe, “Le matin des Antilles” de 1982 à 1988.
Correspondante en Europe, Antilla de 1980 à 1988.
Documentaire “Cannes 96 : cinémas d’Afrique” (1996 – 26 minutes) et a publié le livre “Le cinéma dans les Antilles françaises” (Ed. OCIC, 1991).

Directrice de la rédaction du Bureau Européen de l’Agence de Presse Invariance Noire.
Présidente du Festival Cinamazonia.
Présidente de l’Association Regards Ultramarins, association des professionnels du cinéma et de l’audiovisuel d’Outre-mer.
Membre de l’Institut des Peuples Noirs.
Membre de la FEPACI, Fédération Panafricaine des Cinéastes d’Afrique et Diasporas.
Membre de la Guilde, Association des professionnels du cinéma d’Afrique et diaspora en Europe.
Membre du Comité d’Experts du Fonds d’Aide aux Cinémas d’Outre-mer, de 2002 à 2006.
Créatrice et organisatrice des HOHOAS, concours de scénario de court- métrage d’outre -mer.
Coordinatrice du jury jeune Canal-cinéma du Festival du Film de Sarlat.
Membre permanent du jury Passion Jeune du CNRS.
Organisatrice de la manifestation Regards Ultramarins.
Invitée du Festival Mondial des Arts Nègres, Dakar, 2010.
Membre du jury du Festival de Khouribga 2012.
Membre du jury du Festival de Khouribga 2012.
Membre du jury du FESPACO 2011.
Conseillère historique et artistique de plusieurs films.
Auteur de l’ouvrage “le cinéma dans les Antilles françaises”.Ed Cinémédia 1992.

Dorothée Audibert-Champenois/Facebook C’news Actus Dothy
Photos C’news Actus Dothy


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *