Gardes à vue dans l’affaire Ceregmia

Vues : 601

Fred Celimène, ancien directeur du Ceregmia et Pascal Saffache, ex-président de l’UAG, ont été placés hier en garde à vue dans l’affaire des détournements présumés au sein du laboratoire de recherches de l’Université.

Le bal des auditions a commencé, hier, dans l’affaire Ceregmia. Des perquisitions ont été effectuées au siège de l’UA (Université des Antilles) en Guadeloupe et au domicile de Fred Célimène. Les documents récupérés apporteront surement de nouveaux indices aux enquêteurs. Pour rappel, c’est l’actuelle présidente Corinne Mencé-Caster de l’Université qui avait tiré la sonnette d’alarme. Elle avait indiqué à l’époque que plus de 10 millions d’euros avaient été détournés par les dirigeants du laboratoire.

pascal-saffache

Pascal Saffache

Les auditions ont commencé en début d’après-midi. Des enquêteurs de l’office européen de lutte anti-fraude ont fait le déplacement en Martinique. Ils sont venus porter leur concours et leur expertise dans un dossier assez complexe. Trois personnes, dont Fred Célimène et Pascal Saffache, ont été entendues sur le fonctionnement et les mécanismes de financement des activités du Laboratoire de recherche. Les deux hommes ont été placés en garde à vue, cette dernière pourrait être prolongée et durer au moins jusqu’à jeudi matin.

La troisième personne entendue par les enquêteurs serait une formatrice soupçonnée d’avoir bénéficié de subventions. Aujourd’hui, le juge d’instruction pourrait juger utile ou pas de les mettre en examen. Kinvi Logossah, ancien directeur adjoint du Ceregmia, doit passer demain devant les enquêteurs. Affaire à suivre.

Crédit photo 1 : Montray Kréol (Fred Celimène devant le SRPJ ce mardi 12 janvier 2016)
Crédit photo 2 : Free Pawol

A.G