George Pau-Langevin : « Ce n’est pas le Gouvernement qui fait venir les sargasses »

Vues : 16

Le Gouvernement ne veut pas entendre parler de déclaration de catastrophe naturelle à cause des algues sargasses.

Vu l’ampleur du phénomène aux Antilles, pour les élus c’est l’incompréhension la plus totale. Quant à toutes ces personnes qui ont vu leur électroménager se détériorer à cause des sargasses, ils risquent de ne jamais se faire rembourser par leurs assurances.

Voici d’ailleurs ce qu’a déclaré George Pau-Langevin, Ministre des Outre-Mer, le 16 juillet dernier à l’Assemblée Nationale à l’occasion de la dernière séance de débats publics sur le projet de loi “modernisation du droit des outremers”.

Ce n’est pas la peine de s’énerver ainsi, monsieur le député. Nous sommes face à un phénomène naturel extrêmement désagréable pour vous, mais ce n’est pas le Gouvernement qui fait venir les sargasses ! C’est un phénomène nouveau que personne ne sait analyser, dont personne ne sait d’où il vient. Je ne vois pas comment, seuls, avec nos petits bras, nous trouverions le moyen de le régler.

Je vous ai indiqué qu’avec Mme Ségolène Royal, nous avions commencé à aider les communes pour le ramassage des algues et à étudier le phénomène, pour comprendre notamment d’où il vient. Car avant de régler les problèmes, il faut d’abord les analyser.

Nous avons engagé des moyens pour aider les communes à régler ce problème. Je suis prête à réexaminer le dossier et à intensifier notre aide, mais je n’admets pas que l’on reproche au Gouvernement de mettre lui-même le tourisme de la Martinique dans une situation difficile.

Par ailleurs, monsieur le député, vous qui êtes très engagé dans la zone, il me semble que s’il y a un sujet sur lequel nous devons travailler avec les autres États de la Caraïbe, c’est bien celui des sargasses ! Car si les algues arrivent sur les côtes de la Martinique et de la Guadeloupe, elles arrivent aussi dans les autres îles. Il me semble que nous devons partager notre analyse et notre explication du phénomène ainsi que les différents traitements possibles avec les pays voisins.

Ensuite, les représentants du ministère de l’intérieur, avec qui j’ai discuté du problème à plusieurs reprises, considèrent qu’il ne relève pas de la catégorie des catastrophes naturelles. Les personnes que nous avons rencontrées sur place nous disent, par exemple, que depuis l’arrivée des sargasses leur réfrigérateur a noirci ou que leurs bijoux sont abîmés. Mais le problème est qu’il n’existe aucune causalité entre les dommages allégués et l’arrivée des sargasses, précisément parce que c’est un phénomène nouveau et que les uns et les autres sommes dans l’incapacité d’expliquer ce qui se passe.

D’ailleurs, Mme Kosciusko-Morizet, qui est venue sur place, a dit que c’était scandaleux et que le Gouvernement devait faire quelque chose, mais pour l’instant nous ne l’avons pas entendue exprimer la moindre idée pour nous expliquer ce que nous devrions faire !

Je veux bien y travailler, je veux bien, avec les communautés de communes qui ont commencé à s’impliquer, essayer de régler le problème, mais je veux vous dire que lorsque j’ai effectué mon premier voyage à la Martinique en tant que ministre, il y a un an, personne ne m’a parlé de sargasses. Tout le monde pensait que ce n’était pas un phénomène durable. Aujourd’hui, nous avons compris que nous devions nous organiser dans la durée, mais nous n’y arriverons pas en nous rejetant les uns sur les autres la responsabilité de la crise du tourisme.

Nous devons aborder le problème tranquillement. Nous sommes déterminés à aider vos territoires. Nous avons compris le drame que représente l’invasion des sargasses pour le tourisme, mais, encore une fois, lorsque des catastrophes naturelles ou des événements comme celui-là surviennent, il faut travailler, retrousser ses manches pour y faire face, mais nous n’arriverons à rien si certains partent du principe qu’ils sont maltraités parce que tout cela se passe outre-mer.

Voir via le lien suivant : l’intégralité du débat.


10 commentaires :

  1. Jan Alen

    Le gouvernement ne fait pas venir les sargasses : mais c’est donc bien lui qui fait venir : les cyclones, les tempêtes ,les sunamis, et autres catastrophes dont cette ministre.

    1. Vassard

      Bravo très bon commentaire.Comment quelqu’un de ce niveau peut-il descendre aussi bas dans son expression,cela me peine beaucoup surtout venant d une pseudo compatriote.

  2. Tristan HOAREAU

    c’est inadmissible…et les autres catastrophes… Cyclones…tempêtes..tremblement de terre….c’est donc le GOUVERNEMENT !

  3. kinta

    Triste, triste de lire autant d’ ânerie?
    Comment comprendre qu’un Ministre; issue de la minorité visibles puisse oublier aussi vite d’où elle vient, comment comprendre q’un Ministre de la France; une et indivisible puisse admettre que l’on doit déclarer catastrophe naturelle les phénomènes naturels se passant dans la « France » de certains et faire fi des malheurs qui pourraient survenir dans la « France outre-mer »
    Honte à ces gens, vils,
    Honte à ces téléguidés
    Honte à ces apprentis politiciens
    Les enfants de Guadeloupe valent moins qu’un cheval breton
    Les enfants de Guadeloupe se bouchent le nez en attendant le passage de ces odeurs et de ces gaz comme les Français qui se sont bouchés le nez lors du passage des nuages de tchernobyl.
    Bravo la France; vous êtes merveilleux !
    Bande de … !

  4. NELA

    Mme PAU-LANGEVIN est une négropolitaine complètement déconnectée de la réalité des DOM.
    Je considère par ailleurs que sa présence dans ce gouvernement comme Ministre des Outres
    Mer est une catastrophe.

  5. Ralph

    Ce sont les gouvernements qui polluent la planète pour toujours gagner plus d’argent non???!!!??
    Alors OUI le gouvernement est responsable de toute catastrophe anormale comme c’est le cas en ce moment !
    Prenez vos responsabilités au lieu de les rejeter vulgairement dans un océan de bêtises.
    Ahhh l’assimilation…

  6. SANDRA

    Elle est née à Point à Pitre, bardée de diplômes…c’est pas possible de parler comme ça, qui a bien pu la nommer ministre des outre-mer ? moi aussi je dis tout naturellement que c’est elle la catastrophe. Madame la Ministre, prenez tout votre temps pour réfléchir au problème avec votre copine Ségolène, quand tous les touristes auront fui et que NOUS tous auront les séquelles de cette catastrophe naturelle….et surtout ne vous énervez pas Madame la Ministre… si c’est un problème extrêmement désagréable pour NOUS et pas pour vous, svp ayez au moins le respect de changer de ministère, merci. De la part de tous ceux qui vivent actuellement dans l’enfer du gaz toxique

  7. Klipfel

    Invraisemblable ! Du même acabit que sont prédécesseur  » je ne dit pas que les gens doivent venir respirer le H2S »
    Aucun respect des malheureux confrontés à ce problème et une totale incompétence !
    « C’est nouveau » l’intelligence c’est justement savoir s’adapter à la nouveauté !

  8. Klipfel

    Elee est comme les autres diplôme d’avocat = menteurs professionnels
     » votre honneur mon client est innocent ». Tout dans le blabla incohérent

Les commentaires sont fermés