Gilles Floro, légende et icône de la musique antillaise, nous quittait il y a 19 ans

Vues : 1278

22 juin 1999 – 22 juin 2018, 19 ans déjà nous quittait Gilles Floro, légende et icône de la musique antillaise.

À 35 ans, le chanteur avait déjà huit albums à son actif, dont son dernier au titre prédestiné « Sans prévenir. » Le 22 juin 1999, Gilles Floro tentait d’installer une antenne parabolique sur le toit de sa maison, et il aurait reçu une forte décharge électrique provenant du câble d’alimentation en électricité relié au même support que l’antenne, avant de chuter du toit. Son album posthume intitulé Désolé sort quelques mois plus tard.

Chanteur, clavériste, auteur et compositeur, il naît d’un père violoniste le 18 avril 1964 à Saint-Claude en Guadeloupe, l’une des contrées musicalement les plus stimulantes des Antilles . Ses talents s’exercent dès son jeune âge. a quatorze ans, il constitue le groupe JazzPower avec son frère aîné Jean-Claude. Après avoir joué du piano avec différents groupes- certains mythiques -L’express Band, Les Aiglons , Pakala et les Vikings notamment, il devient, vers le milieu des années 80, l’un des musiciens de studio les plus sollicités. Ses premiers disques sous son nom, enregistrés entre 1986 et 1988 (Rêve bleu, le tube A pa pawol an lè et Diaman d’Eb en) remportent un succès immédiat et lui ouvrent les portes de toute la diaspora antillaise.

Les albums s’enchaîneront désormais à une cadence régulière (Absence, kanel, Frékans’, Jukebox, Fifty Fifty, Surround, S’Kiss , Sans Prévenir ), avec un zouk novateur , richement harmonisé et débordant de sensualité, dont Gilles Floro devient l’un des fers de lance. Jazz, funk, reggae, salsa, dance, tout stimule son inventivité, avec un swing toujours irrésistible et un style en perpétuelle évolution.
Les paroles de ses chansons se nourissent elles aussi de ses multiples expériences; tous les thèmes sont abordés: solitude (tou sel), tristesse (pawol), paix (compren), tendresse (Kalin, Complice), spiritualité (Pawol, Spiritual), rêves (Utopie), amour de la mer (Fifty Fifty) ou de sa fille Taïna (Mon Soleil ).

Le 21 juillet 1999, un gigantesque concert intitulé « Quarante tambours contre le son de la violence » réunissant plus d’une centaine d’amis musiciens et danseurs est organisé à sa mémoire dans les jardins de l’Archipel, à Basse-Terre, et Désolé , son album posthume sortait trois mois plus tard.

Sources : gillesfloro.free.fr / Photo : Olivier Zik Souvenir