Grève des bus Mozaïk : Serge Letchimy appelle au dialogue

Vues : 3

Le réseau Mozaïk est paralysé depuis plus d’un mois avec la grève des chauffeurs des entreprises sous traitantes de la CFTU et un droit de retrait exercé par les chauffeurs de la Compagnie Foyalaise de Transports Urbains.

Les usagers martiniquais, pris en otages, n’en peuvent plus de cette situation !

Les choses ne semblent pas s’arranger puis qu’aujourd’hui, un syndicaliste a été molesté par des non-grévistes lors d’une réunion à Saint-joseph, entre délégués du personnel et direction d’une entreprise cotraitante de la CFTU. Les gendarmes ont dû intervenir pour calmer la tension.

Serge Letchimy, président du Conseil régional, « appelle au dialogue » pour trouver une issue à ce conflit qui dure depuis trop longtemps. Une sortie de crise s’impose !

Depuis le 26 août 2013, une grève paralyse le service public du transport assuré par la CFTU dans l’agglomération du centre de la Martinique.

Cette revendication sociale qui dans un premier temps a concerné salariés et employeurs des cotraitants et sous-traitants du réseau géré par le délégataire, s’est progressivement étendue à l’ensemble des opérateurs ramenant ainsi à néant les moyens de déplacement de milliers d’usagers.

Il n’est jamais souhaitable d’intervenir dans un conflit qui concerne des instances de régulation et de négociation légitimes dans leurs relations contractuelles légales.

Cependant devant la souffrance de nombreuses personnes démunies, devant l’absentéisme de nombreux écoliers, devant l’enlisement manifeste, je lance un appel à la reprise du dialogue en vue de la résolution d’un conflit qui a trop duré, et qui accentue les difficultés quotidiennes de nombreux martiniquais.

La collectivité régionale ne peut rester insensible à cette situation qui pénalise fortement l’économie martiniquaise, et risque d’anéantir les efforts de redressement engagés, et déjà perceptibles.

A cet effet, j’invite toutes les parties à se retrouver pour tenter de trouver toutes les voies et les moyens raisonnables d’une sortie de conflit.

Il s’agit dans les meilleurs délais de permettre aux milliers de martiniquais concernés par un transport public, qui a fait l’objet d’efforts importants de modernisation, de retrouver la liberté de circuler.

Serge Letchimy, président du Conseil régional de Martinique