Gréve des stations-services de Martinique : c’est peut-être reparti pour un tour !

Vues : 1

greve-station-servic-martinique-aout-2013

[Mise à jour le 14 août 2013]

Les salariés pompistes martiniquais affiliés au syndicat CGTM Produits Pétroliers ont fixé un nouveau délai aux gérants pour obtenir leurs arriérés de salaire. Les salariés accordent un délai de 24 heures aux gérants de stations-services pour le règlement de leurs arriérés.

Ce mercredi à la fin de ce nouvel ultimatum les salariés pourraient envisager une mobilisation si aucune issue n’est trouvée.

Pour l’instant c’est l’impasse dans ce conflit qui oppose salariés et gérants. Le syndicat des salariés estime que les patrons « ont les moyens de payer » et du côté de la chambre syndicale des gérants, on explique que les sommes réclamées représentent plus d’un million d’euros et que dans le contexte actuel, ils ne peuvent accéder aux revendications du syndicat.

[Article publié le 12 août 2013]

Les salariés des stations-service de Martinique en ont assez d’attendre le paiement de leurs arriérés de salaires. Ils ont lancé un ultimatum à leurs patrons, qui prend fin ce soir, réclamant ces arriérés de salaires de la période comprise entre 2004 et 2009.

Ces arriérés devaient leur être payés depuis dimanche dernier. Seulement jusqu’à aujourd’hui ils n’ont toujours rien reçu.

Les gérants leur réclament encore un peu de temps et les salariés adhérents CGTM veulent le paiement immédiat de ces arriérés de salaires. Le dialogue est sourd presque stérile ..

Faute d’accord entre les deux parties, certains salariés des stations-service de l’île envisagent une action dès demain. Il ne savent pas encore quelle forme prendra cette mobilisation mais déjà les automobilistes se ruent dans les stations-service, pour faire le plein d’essence en cas de grève.

Certains préfèrent « prendre les devants » !  L’inquiétude des automobilistes une fois de plus prend le dessus et provoque de longues files d’attente notamment dans les stations autour de Fort-de-France / Schoelcher.